Démission de Nicolas Hulot: quel bilan positif pour le ministre?

Quelques avancées

Démission de Nicolas Hulot: quel bilan positif pour le ministre?

Publié le :

Mardi 28 Août 2018 - 12:49

Mise à jour :

Mardi 28 Août 2018 - 12:59
Nicolas Hulot a démissionné de son poste au gouvernement ce mardi avec pertes et fracas. L'ancien présentateur, décrié pour ses nombreuses reculades sur le nucléaire ou encore les perturbateurs endocriniens, a toutefois quelques points positifs à son bilan.
© BERTRAND LANGLOIS / AFP/Archives
PARTAGER :

La rédaction de France-Soir

-A +A

Le gouvernement l'a assuré dans sa première réaction à la démission fracassante de Nicolas Hulot sur France Inter ce mardi 28: l'ancien ministre de la Transition écologique peut être "fier de son bilan". "En 14 mois, le bilan de ce gouvernement en matière d'environnement est le meilleur depuis de nombreuses années", a assure l'Elysée sans donner plus de détail, visiblement pris de court par le démissionnaire.

Si l'histoire retiendra les renoncements et que le principal intéressé a fait savoir à la radio qu'il avait "un peu d'influence" mais "pas de pouvoir" et "pas les moyens" d'agir, il peut toutefois s'enorgueillir de quelques avancées en matières d'écologie qu'il a impulsé.

Premier succès, Nicolas Hulot a enterré la possibilité d'exploitation des hydrocarbures en France dès le début du quinquennat. De fait, dans son plan climat, l'ancien présentateur a annoncé la fin de la production de pétrole, gaz et charbon en France d'ici 2040 et des énergies non-conventionnelles issues du schiste (gaz et le pétrole). A cela, il faut ajouter la hausse de la part des énergies renouvelables dans la programmation pluriannuelle énergique qui court jusqu'en 2023 et où la part du nucléaire doit être réduite de 50% tandis que la production énergétique par la combustion du charbon du prendre fin (dès 2022).

Voir - Projet de loi hydrocarbures: les députés interdisent aussi le charbon en commission

L'abandon du projet d'aéroport à Notre-Dame-des-Landes, qui traînait depuis des années, a été la grande victoire de Nicolas Hulot. Victoire cependant ternie par l'incapacité des pouvoirs publics à gérer sans violence l'évacuation de la ZAD.

Lire- NDDL: le gouvernement "obsédé" par la mise en oeuvre de sa décision, selon Hulot

Le ministre a également obtenu gain de cause sur la question des pesticides neonicotinoïdes tueurs d'abeilles après une bataille de haute lutte avec son homologue de l'Agriculture Stéphane Travert, qui souhaitait des dérogations. Matignon avait finalement tranché en faveur de l'ancien présentateur de TF1.

Sur le même sujet - Abeilles: cinq néonicotinoïdes interdits à partir de septembre

Nicolas Hulot a également fait beaucoup pour la promotion de l'alimentation bio parvenant à imposer un seuil de 50% d'aliments venant de cette filière dans les cantines scolaires à l'horizon 2022.

Voir également - Cantines publiques: au moins 50% de produits bio ou écologiques en 2022

Enfin, malgré l'opposition sévère du monde agricole, l'annonce de la sortie programmée du glyphosate d'ici trois ans reste un succès, certes limité, à mettre au crédit de l'ancien ministre.

Voir aussi:

Macron arrive au Danemark après la démission de Nicolas Hulot

Hulot: l'opposition dénonce "une trahison", la majorité défend son bilan

Hulot démissionne et dénonce "la présence des lobbies dans les cercles du pouvoir"


Commentaires

-