Denis Baupin quitte à son tour EELV

Nouvelle défection

Denis Baupin quitte à son tour EELV

Publié le :

Lundi 18 Avril 2016 - 12:32

Mise à jour :

Lundi 18 Avril 2016 - 12:33
Europe Ecologie-Les Verts a enregistré ce lundi un nouveau départ d'un de ses cadres. Denis Baupin, vice-président de l'Assemblée nationale, a annoncé quitter le parti en raison de "désaccords stratégiques".
©Witt/Sipa
PARTAGER :

La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP

-A +A

Denis Baupin, vice-président de l'Assemblée nationale, annonce dans une lettre adressée au secrétaire national du parti David Cormand qu'il quitte Europe Ecologie-Les Verts (EELV), comme l'ont déjà fait plusieurs autres cadres de la formation depuis la fin de l'été.

"J'ai décidé de ne pas renouveler ma cotisation et donc de démissionner d'EELV", écrit le compagnon de la ministre du Logement Emmanuelle Cosse, ancienne secrétaire nationale d'EELV, précisant qu'il "partage de moins en moins les choix stratégiques du mouvement".

Plusieurs personnalités d'EELV, dont les chefs de groupes parlementaires du parti - Jean-Vincent Placé au Sénat, François de Rugy et Barbara Pompili à l'Assemblée -, ont quitté ces derniers mois la formation, déchirée entre autres sur la position à tenir face à l'exécutif.

Emmanuelle Cosse a quant à elle quitté son poste de secrétaire nationale au moment de son entrée au gouvernement, remplacée par David Cormand, et a annoncé qu'elle se mettait en retrait du parti. Lequel a choisi de considéré le nouvelle ministre comme démissionnaire d'EELV.

"Je n'ai pas pris cette décision le cœur léger, car cela fait maintenant plus de 27 ans que j'en suis membre, espérant lui avoir été utile", écrit Denis Baupin dans son courrier. "Les militants et cadres d'EELV ne deviennent pas pour moi des ennemis, car je les considérerai toujours comme des écologistes, même si nous avons des désaccords stratégiques".

"L'écologie reste pour moi le fil conducteur de mon engagement", assure le député, qui a lancé le 9 avril un club de réflexion, CREER, dont l'objectif est de permettre aux organisations politiques écologistes d'être "en capacité de peser, et non de régresser".

 

""Les militants et cadres d'EELV ne deviennent pas pour moi des ennemis", assure Denis Baupin.

Commentaires

-