Des Gilets jaunes envisagent une grève générale avec la CGT, le 5 février

Des Gilets jaunes envisagent une grève générale avec la CGT, le 5 février

Publié le :

Mercredi 23 Janvier 2019 - 09:49

Mise à jour :

Mercredi 23 Janvier 2019 - 09:56
© Bertrand GUAY / AFP/Archives
PARTAGER :

La rédaction de France-Soir

-A +A

Eric Drouet a lancé mardi un appel à rallier le mouvement de grève proposé pour le 5 février prochain et chapeauté par le CGT. Le syndicat entend répondre à l'"urgence sociale", réclamant de nouveau une hausse du Smic et une réforme de la fiscalité, avec une refonte de l'impôt sur le revenu.

Face à la fermeté du gouvernement, les Gilets jaunes envisagent d'autres moyens d'action pour faire entendre leurs revendications. Parmi eux, l'idée d'une "grève générale" semble faire son chemin au sein de certaines tendances du mouvement de contestation. Ainsi, Eric Drouet, une des principales figures des Gilets jaunes, a relayé mardi 22 sur son groupe Facebook "La France en colère !!!", un appel à cesser le travail le 5 février prochain.

La date n'a d'ailleurs pas été choisie au hasard puisqu'elle coïncide avec un appel à la grève lancé le 18 janvier par la CGT. Les intérêts du syndicat et des Gilets jaunes pourraient bien converger à l'occasion de cette journée.

Lire aussi - La CGT appelle à la grève le 5 février pour répondre à l'"urgence sociale"

En effet, "le soutien de la CGT s'avère pourtant bien utile d'un point de vue juridique. En effet, tout salarié d'une entreprise privée peut utiliser son droit de grève mais il ne peut pas le faire seul sauf s'il accompagne un appel à la grève lancé au niveau national (par un syndicat), comme l'explique le site service-public.fr", précise le Journal du Dimanche. Dans les faits, un appel à la grève lancé sur les réseaux sociaux n'aurait donc pas de valeur juridique et les salariés se joignant au mouvement s'exposeraient à des sanctions disciplinaire voir un licenciement. Le mouvement devient pour le coup légal s'il se greffe à l'appel à cesser le travail d'une centrale syndicale.

La CGT appelle également à "des manifestations" sur tout le territoire, pour répondre à l'"urgence sociale", réclamant de nouveau une hausse du Smic et une réforme de la fiscalité, avec une refonte de l'impôt sur le revenu. Cette dernière doit conférer "une plus grande progressivité afin d'assurer une plus grande redistribution des richesses et d'alléger le poids de l'impôt indirect pénalisant les salariés et les ménages".

Pour autant la position d'Eric Drouet ne semble pas unanimement partagée par les Gilets jaunes dans leur ensemble. Certains se demandant notamment si les intérêts des syndicats convergent avec les leurs. Autre leader des Gilets jaunes, Maxime Nicolle, s'est dit opposé à cette "alliance" avec les syndicats. "On n'arrête pas de demander une grève générale. Mais pour cela, il faudrait que les syndicats s'en mêlent et on ne veut pas de syndicats puisqu'ils vont vouloir tirer leur épingle du jeu et prendre un billet au passage (sic). Donc c'est un peu compliqué", a-t-il jugé.

Voir:

Un an ferme pour un gilet jaune qui a pointé un laser sur un hélicoptère

Nouveau gilet jaune dans le coma, gravement blessé à Bourges

Castaner: aucun "policier ou gendarme" n'a attaqué "de gilet jaune"

Eric Drouet souhaite rallier l'appel à la grève de la CGT


Commentaires

-