Crédits d'assistants et détournement de fonds: Michel Talgorn balance les sénateurs UMP

  •  SOUTENEZ L'INDEPENDANCE DE FRANCESOIR, FAITES UN DON !  

Crédits d'assistants et détournement de fonds: Michel Talgorn balance les sénateurs UMP

Publié le 22/09/2017 à 18:34 - Mise à jour à 18:46
©Charles Platiau/Reuters
PARTAGER :

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr

-A +A

Mis en examen dans le cadre d'une enquête "détournements de fonds publics", "abus de confiance" et "blanchiment", l'ancien collaborateur de l'UMP Michel Talgorn s'est confié à Mediapart . Le site rapporte ce vendredi comment les sénateurs et leur groupe se seraient enrichis grâce aux enveloppes réservées aux assistants parlementaires.

Michel Talgorn parle de "restitutions de crédits d’assistants" ou de "ristournes". La justice préfère les termes de "détournements de fonds publics", "abus de confiance" et "blanchiment". Cet ancien collaborateur de l'UMP a détaillé à Mediapart le système frauduleux qui aurait été de mise chez nombre de sénateurs de droite entre 2002 et 2014, et toujours la cible d'une enquête.

Le système qui aurait permis à plusieurs anciens et actuels sénateurs -une quarantaine selon Michel Talgorn- de s'enrichir aurait profité d'une pratique tolérée au sein du Sénat. Ses élus bénéficient en effet d'un crédit, une enveloppe, pour rémunérer leurs assistants parlementaires (7.600 euros en 2017). S'ils n'utilisent pas l'intégralité de cette somme, ils doivent en principe en reverser le surplus aux caisses de la haute assemblée.

Mais le Sénat, comme l'Assemblée nationale, tolère que ce surplus soit reversé aux groupes parlementaires. Il aurait été de coutume au sein du groupe UMP de reverser un tiers des sommes ainsi récoltées à l'élu en question. Un moyen de l'inciter à limiter son recours au "crédit d'assistants", et donc de financer le groupe grâce à l'argent public.

Une libre utilisation par le groupe parlementaire de l'argent qui lui était distribué en toute légalité par le Sénat, se défendent les sénateurs incriminés. Certains invoquent également l'argument que cette affaire ne regarde que les instances du Sénat et non le juge judiciaire.

Se considérant lâché par les sénateurs qui avaient bénéficié de ces largesses présumées, Michel Talgorn a décidé de s'exprimer, à deux semaines des élections sénatoriales: "Je rédigeais les chèques que je mettais à la signature du trésorier ou du président de groupe. (...)Les nouveaux élus étaient vite convaincus de l’intérêt de déléguer des crédits d’assistants au groupe, à la fois pour aider le groupe et s’aider eux-mêmes", raconte-t-il ainsi à Mediapart.

Un sénateur pouvait ainsi obtenir entre 16.000 et 32.000 euros par an. Et parmi les dizaines qui auraient joué le jeu se trouverait un certain François Fillon, déjà en délicatesse concernant une histoire d'assistante parlementaire.

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr


Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




PARTAGER CET ARTICLE :


Une quarantaine de sénateurs UMP auraient récupéré de manière détournée une partie des crédits destinés aux assistants parlementaires.

Annonces immobilières

Newsletter


Fil d'actualités Politique




Commentaires

-