Gilets jaunes: la police reprend les Champs-Elysées aux manifestants

Gilets jaunes: la police reprend les Champs-Elysées aux manifestants

Publié le :

Samedi 24 Novembre 2018 - 11:48

Mise à jour :

Samedi 24 Novembre 2018 - 18:44
© Bertrand GUAY / AFP
PARTAGER :

La rédaction de France-Soir

-A +A

Plusieurs milliers de "gilets jaunes" se sont réunis ce samedi matin sur les Champs-Elysées, où ils se sont heurtés à un important dispositif policier leur barrant le passage vers la place de la Concorde. Des affrontements ont éclaté entre la frange radicale des manifestants et les forces de l'ordre.

La seconde mobilisation d'importance des Gilets jaunes a complètement dégénéré ce samedi 24 à Paris. Alors que les Champs-Élysées leur avaient été interdits, les manifestants se sont tout de même rendus sur l'avenue provoquant des heurts avec les forces de l'ordre qui tentent de les empêcher de marcher sur l'Élysée. Plusieurs milliers de personnes sont présentes dans le cortège des Gilets jaunes.

Les forces de l'ordre ont tiré des gaz lacrymogènes et mobilisé des canons à eau pour les éloigner du rond-point des Champs-Élysées, frontière d'un périmètre "sécurisé" incluant notamment les abords de l'Élysée, la partie basse des Champs-Élysées et la place de la Concorde.

Mise à jour à 18h43: Une source syndicale policière faisait état dans le détail de 948 actions et 516 blocages dans toute la France, hors Paris.

Mise à jour à 18h33: Selon la préfecture de police de Paris, 20 personnes ont été blessées ce samedi lors des affontements qui dure depuis un peu avant 10h du matin. Quatre membres des forces de l'ordre ont été touchés.

Mise à jour à 18h21: La police est en train de reprendre le contrôle des Champs-Elysées bien qu'une nouvelle barricade ait été érigée en haut de l'avenue de la Grande armée forçant les CRS à intervenir. Des heurts légers sont en cours place de la Madeleine. 

Mise à jour à 18h11: En province, dans le calme, des opérations "péage gratuit" ont été menées notamment à Blois, à La Gravelle, près de Laval, à Virsac (Gironde), à Buchelay et Saint-Arnoult (Yvelines).

Mise à jour à 18h01: Les forces de l'ordre repoussent les derniers manifestants vers la place de la Concorde pour forcer la dispersion. Des petits groupes ont monté des barricades dans les rues adjacentes aux Champs-EZlysées.

Mise à jour à 17h48: Alors qu'une frange radicale des manisfestants tentent toujours de se rendre à l'Elysée malgré les forces de l'ordre, de nombreux feux ont été allumés sur les barricades érigées sur l'avenue. De nombreux deux-roues ont été incendiés aux abords de l'avenue. 

Mise à jour à 17h26: Il y a eu 35 interpellations sur tout le territoire, dont 18 dans la capitale. Vingt-deux personnes ont été placées en garde-à-vue, selon le ministère. Huit personnes ont été blessées - dont deux gendarmes -, alors qu'il y avait eu "106 blessés samedi dernier à la même heure", selon la même source.

Mise à jour à 17h03: Le nombre de manifestants sur les Champs-Elysées commence à baisser. Selon le ministère de l'Intérieur, ils sont moins de 2.000 à être toujours sur place. Toutefois, les rangs de ceux qui restent sont garnis de casseurs et d'émeutiers.

Mise à jour à 16h49: Une explosion a provoqué un léger vent de panique sur les Champs-Elysées après l'explosion d'un engin de chantier qui se trouvait sur l'avenue. Les sapeurs-pompiers ont pu rapidement maîtriser le début d'incendie. Il n'y pas eu de blessé. 

Mise à jour à 16h18: D'après le ministère de l'Intérieur, il y avait à 15h près de 81.000 manifestants en France, dont 8.000 à Paris.

Mise à jour à 15h53: Les émeutiers qui affrontent les forces de l'ordre sur les Champs-Elysées ont érigé une nouvelle barricade au niveau de la rue Pierre Charon. Des feux de mobilier urbain ont été allumés à divers points de l'avenue.

Mise à jour à 15h36: Des actions sont également menées par les Gilets jaunes dans une ambiance plus tranquille en province, berceau de cette contestation, avec des rassemblements, des barrages filtrants et des opérations sur des axes routiers ou des zones commerciales.

Mise à jour à 15h18: Les services de la préfecture de police de Paris indiquent que 13 personnes ont été arrêtées à 15h dans la capitale, essentiellement sur les Champs-Elysées.

Mise à jour à 14h44: La situation est toujours tendue sur les Champs-Elysées mais les affrontements se font plus sporadiques. Quelques Gilets jaunes sont rassemblés au Champs-de-Mars où la manifestation avait été autorisée par les autorités mais ils ne sont guère plus d'une centaine pour l'heure.

Mise à jour à 14h30: Un petit groupe de Gilets jaunes a réussi à se faufiler parmi les barrages des forces de l'ordre et a débouché à une centaine de mètres de l'Elysée. Les forces de l'ordre ont tiré des gaz lacrymogènes pour les disperser. 

Mise à jour 14h08: Les affrontements se poursuivent entre les casseurs et les forces de l'ordre sur les Champs-Elysées. Neuf stations de métro sont fermées par mesure de sécurité: Concorde, Franklin-Roosevelt, Clemenceau, Miromesnil, Assemblée-nationale, Varenne, Tuileries, George-V et Charles-de-Gaulle-Etoile. 

Mise à jour à 13h02: Après quelques instants de calme relatif les affrontements ont repris entre les forces de l'ordre et les casseurs. La majorité des Gilets jaunes pacifiques se trouvent sur la place de l'Etoile. Des groupuscules d'extrême gauche se seraient joints aux manifestants.

Mise à jour à 12h53: Selon la préfecture de police, il y a eu 6 interpellations ce matin à Paris pour jets de projectiles. D'autres sources parlent de 8 personnes interpellées.

Mise à jour à 12h42: Un nouveau groupe de plusieurs centaines de manifestants a débouché en bas des Champs-Elysées, stoppant ainsi la progression des forces de l'ordre qui sont obligées de se déployer sur deux fronts désormais. Les affrontements violents ont repris.

Mise à jour à 12h32: "Environ 23.000 personnes" sont mobilisées en France, selon le ministère de l'Intérieur. A Paris, 8.000 personnes sont rassemblées, dont 5.000 personnes manifestent sur les Champs-Elysées, a ajouté Christophe Castaner.

MIse à jour à 12h22: Prenant la parole pour faire un point sur la situation, Christophe Castaner a dénoncé la présence de militants d'ultra-droite dans les rangs des manifestants sur les Champs-Élysées. Le ministre de l'Intérieur a fustigé l'attitude de Marine Le Pen qui a appelé les Gilets jaunes à se rendre sur l'avenue.

Mise à jour à 12h11: La première barricade élevée sur les Champs n'a pas tenu longtemps, elle a été démantelée par les forces de l'ordre. Le gros des manifestants est actuellement en train de remonter l'avenue tandis que certains essayent de dresser de nouveaux barrages et continuent de faire face aux gendarmes mobiles.

Mise à jour à 11h06: "Aucun manifestant n'est dans la zone interdite par arrêté", incluant notamment les abords de l'Élysée, la partie basse des Champs-Elysées et la place de la Concorde, assurait la Préfecture de police peu avant midi.

Mise à jour à 11h54: La préfecture de police de Paris a annoncé une interpellation au niveau des Champs-Élysées. Elle indique également que "des individus ont descellé des pavés".

Mise à jour à 11h41: des groupes de manifestants violents sont en train de constituer une barricades, avec du mobilier urbain et de chantier, sur les Champs-Élysées pour bloquer les forces de l'ordre.

Selon les informations de BFMTV, plusieurs centaines de casseurs issus des groupuscules d'ultra-droite se sont joints au cortège des Gilets jaunes pour aller à l'affrontement avec les CRS et les gendarmes mobiles.

Les "gilets jaunes" ont rejeté la proposition des autorités de se réunir sur le Champ-de-Mars, refusant d'être "parqués" loin des lieux de pouvoir parisiens, et annoncé qu'ils manifesteraient "dans le quartier des Champs-Élysées" durant "toute la journée".

Les autorités, qui voulaient éviter les débordements de la première semaine de mobilisation (deux morts, 620 civils et 136 membres des forces de l'ordre blessés), ont déployé des forces de l'ordre "à un niveau exceptionnel" à travers la France. Quelque 3.000 forces mobiles sont mobilisées à Paris ce samedi, appuyées par des hélicoptères.

Voir:

Les rues interdites aux "gilets jaunes" le 24 novembre à Paris

Inflexibles, les "gilets jaunes" en route pour leur "acte 2" samedi

"Gilets jaunes" sur les réseaux sociaux, une semaine de vrai ou faux

Des affrontements ont éclaté entre la frange radicale des manifestants et les forces de l'ordre.


Commentaires

-