Discours de Macron sur la banlieue: une "faute historique" selon François Pupponi (vidéo)

  •  SOUTENEZ L'INDEPENDANCE DE FRANCESOIR, FAITES UN DON !  

Discours de Macron sur la banlieue: une "faute historique" selon François Pupponi (vidéo)

Publié le 23/05/2018 à 11:36 - Mise à jour à 11:46
© FRANCOIS LO PRESTI / POOL/AFP/Archives
PARTAGER :

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr

-A +A

Au lendemain du discours d'Emmanuel Macron sur son absence assumée d'un "plan banlieues", François Pupponi, député du Val-d'Oise et ancien maire de Sarcelles a évoqué une "faute historique" au micro de France Inter ce mercredi.

"Je ne vais pas annoncer un plan banlieues". En quelques mots d'introduction de son discours à l'Elysée le mardi 22, le président de la République Emmanuel Macron a balayé d'un revers de main les propositions faites par les élus de banlieue dans le rapport Borloo.

Au micro de France Inter, François Pupponi député PS du Val-d'Oise (et maire de Sarcelles pendant 20 ans) a exprimé sa consternation. "Le président de la République a fait une faute historique". En l'occurrence, "nier la légitimité démocratique de ces quartiers". Au cœur de la colère de l'élu, les propos d'Emmanuel Macron laissant entendre qu'il voudrait parler "directement" aux populations concernées sans passer par les intermédiaires qu'il a décrit par cette métaphore polémique: "Deux mâles blancs ne vivant pas dans ces quartiers" qui préparent un plan banlieues.

Une logique communautaire qui fait bondir François Pupponi: "Dans les réseaux issus de la diversité certains pensent que à partir du moment où ils sont issus des quartiers ils ont la légitimité et nous les élus nous ne l’avons plus". le député fustige aussi la vision fausse de l'exécutif sur l'action des élus de terrain: "On parle avec les gens, on vit avec les gens! Croire qu'il n'y a que des élus qui font du clientélisme et que l'on a méprisé la population est une erreur d'analyse". François Pupponi admet seulement qu'il "ne parle pas à la racaille, ceux qui dealent tous les soirs dans les quartiers, qui cassent leur cage d'escalier".

Toujours au micro de la radio publique, l'élu qui avoue avoir été "sidéré", finit sur un message en forme d'avertissement à Emmanuel Macron: "Je lui dis bon courage et à bientôt…"

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr


Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




PARTAGER CET ARTICLE :


Le président a annoncé sans détour qu'il n'y aura pas de plan banlieues.

Annonces immobilières

Newsletter


Fil d'actualités Politique




Commentaires

-