Discours de Macron au Congrès: le président promet de "revoir le droit de pétition" pour donner la parole aux Français

Discours de Macron au Congrès: le président promet de "revoir le droit de pétition" pour donner la parole aux Français

Publié le :

Lundi 03 Juillet 2017 - 18:07

Mise à jour :

Lundi 03 Juillet 2017 - 18:24
©Régis Duvignau/Reuters
PARTAGER :

La rédaction de FranceSoir.fr

-A +A

Emmanuel Macron a promis face aux parlementaires réunis en Congrès, ce lundi, de revoir le "droit de pétition". Un engagement toutefois vague.

DISCOURS - Emmanuel Macron s'est exprimé ce lundi 3 face au Parlement réuni en Congrès, à Versailles. Un discours fleuve de près d'une heure et demie dans lequel le président a abordé la situation de la France et les réformes qu'il entend mener durant son quinquennat, comme la réduction du nombre de parlementaires, la promesse de s'adresser face au Congrès "tous les ans" ou encore l'introduction d'une dose de proportionnelle. Mais aussi annoncé sa volonté de réviser le droit de pétition.

"Je souhaite que le droit de pétition soit revu afin que l’expression directe de nos concitoyens soit mieux prise en compte et que les propositions des Français puissent être présentées à la représentation nationale", a ainsi déclaré le président de la République ce lundi.

Une annonce assez vague tant le "droit de pétition" en tant que tel s'exerce en toute liberté en France. Mais qui peut aussi renvoyer à une disposition de la réforme constitutionnelle de 2008 de Nicolas Sarkozy introduisant la possibilité pour les citoyens de saisir le Conseil économique, social et environnemental sous certaines conditions (500.000 signataires, majeurs et de nationalité française ou résidant en France). Une disposition élargie ensuite par l'UE mais pour saisir le Parlement européen. Mais rien n'oblige les autorités à se saisir d'un sujet même s'il réuni une foule de pétitionnaires, à l'image des plus d'un million de Français qui avaient signé le texte contre la loi El Khomri en mars dernier

Faut-il y voir une volonté du président d'élargir ce droit ou d'en simplifier l'usage -voire les deux? Emmanuel Macron n'a pas précisé sa pensée. A moins, puisque lui fixe le cap et Edouard Philippe le calendrier, que le Premier ministre n'en dise plus lors de son discours de politique générale prévue mardi 4.

Des internautes se sont en tout cas déjà saisis de la promesse.

 

"Je souhaite que le droit de pétition soit revu afin que l’expression directe de nos concitoyens soit mieux prise en compte", a déclaré Emmanuel Macron.


Commentaires

-