Don du sang: l'abstinence toujours de mise pour les homosexuels

Don du sang: l'abstinence toujours de mise pour les homosexuels

Publié le :

Vendredi 29 Décembre 2017 - 16:41

Mise à jour :

Vendredi 29 Décembre 2017 - 16:52
Le Conseil d'Etat a tranché jeudi: les homosexuels doivent encore justifier d'un an d'abstinence s'ils veulent donner leur sang. Ils ont été autorisés à donner en 2016 mais les hommes ayants des relations sexuelles avec d'autres hommes sont les seuls à devoir s'abstenir s'ils veulent faire un don.
©Isopix/Sipa
PARTAGER :

La rédaction de FranceSoir.fr

-A +A

Cela n'a rien à voir avec l'orientation sexuelle selon le Conseil d'Etat. Toujours est-il que l'institution a tranché jeudi 28: les homosexuels doivent justifier d'un an d'abstinence pour être autorisés à donner leur sang. La décision a été vivement critiquée par les associations qui luttent contre les discriminations envers les homosexuels.

"Nous sommes discriminés parce que nous faisons l'amour", a regretté Stop Homophobie dans un communiqué. Seuls les hommes ayant des relations sexuelles avec d'autres hommes sont concernés par cette restriction.

A voir aussi: Don du sang: comment faire pour être donneur?

L'organisation faisait partie de celles qui avaient déposé un recours auprès du Conseil d'Etat. Maintenant, elle compte étudier "la possibilité de saisir le Cour européenne". En effet "la charte des droits fondamentaux de l'Union européenne et la loi française interdisent de discriminer les donneurs de sang en raison de leur orientation sexuelle".

Mais le Conseil d'Etat semble avoir déjà devancé cette accusation. En dévoilant son rapport jeudi, il a précisé que le ministère des Affaires sociales et de la Santé, dirigé alors par Marisol Touraine, s'était fondé "non sur l'orientation sexuelle mais sur le comportement sexuel". Il se dédouanait ainsi de toute "mesure discriminatoire illégale".

Le Conseil d'Etat a expliqué ce choix en indiquant que "les autorités sanitaires doivent privilégier les mesures les mieux à même de protéger la sécurité des receveurs lorsque les données scientifiques et épidémiologiques disponibles ne permettent pas d'écarter l'existence d'un risque" que le donneur soit atteint du Sida.

En effet, les dépistages ne sont pas toujours à même de dévoiler directement si le patient est atteint du VIH ou non, parfois la maladie ne s'est pas encore déclarée ou n'est pas encore visible dans le sang.

Les homosexuels ne sont autorisés à donner leur sang que depuis juillet 2016. Depuis 1983 et le chiffre croissant de personnes affectées par le VIH, la communauté homosexuelle s'était vue retirer ce droit.

En autorisant à nouveau les homosexuels à donner leur sang Marisol Touraine, alors ministre de la Santé, avait imposé une restriction sous forme d'une obligation d'abstinence de 12 mois. Stop Homophobie, Mousse, le Comité Idaho France et ELCS avaient alors déposé un recours contre ces "critères de sélection des donneurs de sang". Il a donc été rejeté par le Conseil d'Etat jeudi.

Le Conseil d'Etat craint des transmissions accidentelles du Sida en autorisant les homosexuels à donner leur sang sans qu'ils justifient d'une abstinence d'un an.


Commentaires

-