Dupont-Aigan soutient le maire qui a menacé des gens du voyage, ivre et armé

Dupont-Aigan soutient le maire qui a menacé des gens du voyage, ivre et armé

Publié le :

Lundi 09 Avril 2018 - 18:43

Mise à jour :

Jeudi 19 Avril 2018 - 18:05
Nicolas Dupont-Aignan a apporté ce lundi son soutien à Richard Trinquier, le maire (Debout la France) de Wissous (Essonne) placé en garde à vue dimanche pour violence avec armes et en état d'ivresse. Il aurait menacé des gens du voyage avec un sabre et une arme de poing.
© FRANCOIS GUILLOT / AFP/Archives
PARTAGER :

La rédaction de FranceSoir.fr

-A +A

Pour Nicolas Dupont-Aignan, le maire de Wissous (Essonne) Richard Trinquier n'aurait fait que défendre "la loi" et le "bien public" lorsqu'il aurait, en état d'ébriété et armé, menacé des gens du voyage qui s'étaient installés illégalement sur sa commune dimanche 8.

Le leader du mouvement Debout la France a pris ce lundi 9 la défense de l'édile qui Richard Trinquier l'avait soutenu au premier tour de la campagne présidentielle avant de rejoindre son mouvement. "C’est un homme honnête et courageux qui lutte contre les installations illégales sur sa commune", a-t-il déclaré au Parisien, ajoutant que "quand des gens défendent la loi, ils sont placés en garde à vue". Il a également comparé l'affaire à celle des légionnaires poursuivis après avoir tabassé un voleur.

Voir: Sabre, arme à feu et gilet pare-balles: ivre, un maire menace des gens du voyage

Selon les premiers éléments dévoilés, Richard Trinquier aurait, accompagné de son premier adjoint et de deux policiers municipaux (qui n'étaient pas en service au moment des faits), proféré des menaces à l'encontre de certains membres de cette communauté, katana à la main et en possession d'une arme à feu. Il aurait par la suite été interpelé, en état d'ébriété. Les gens du voyage se seraient installés sur le parking d’une crèche privée située avenue Jeanne-Garnerin, entre les autoroutes A6 et A10.

Une enquête pour violence avec armes en état d'ivresse a été confiée à la Sûreté départementale de l'Essonne. Si cette qualification des faits était retenue par les juges, Richard Trinquier encourait alors jusqu'à cinq ans de prison et 75.000 euros d'amende, l'altercation n'ayant a priori fait aucun blessé.

Il pourrait en tout cas compter sur le soutien, en cas de poursuites, de Nicolas Dupont-Aignan qui a déclaré: "S’il y a un procès, nous irons le soutenir".

Les forces de l'ordre ont également interpellé un membre de la communauté des gens du voyage après avoir trouvé un fusil dans sa voiture. Lui est visé par une enquête pour transport d'arme.

Nicolas Dupont-Aignan a soutenu Richard Trinquier qui "lutte contre les installations illégales sur sa commune".


Commentaires

-