Edouard Philippe en position de force

Edouard Philippe en position de force

Publié le 29/06/2020 à 08:49 - Mise à jour à 09:44
© Sameer Al-DOUMY / AFP
PARTAGER :

Auteur(s): FranceSoir

-A +A
Edouard Philippe n’est pas connu pour ses penchants écologiques. Emmanuel Macron va pourtant devoir composer entre les aspirations sorties des urnes et un Premier ministre qui sort encore renforcé des élections municipales. 
 
Au Havre dimanche soir, Edouard Philippe et sa liste ont été élus largement, avec 58,83 % des voix. Retrouvera-t-il son fauteuil de maire dans les prochains jours ? Bien qu’en position de force, il n’a pas tout à fait les cartes en main. C’est au chef de l’État, qu’Edouard Philippe rencontre en tête à tête ce lundi matin, de décider du remaniement annoncé pour bientôt. 
 
Car en plus de son résultat de dimanche, le premier ministre bénéficie d’un cote de popularité en hausse auprès des Français. 
 
Dans dernier sondage Harris Interactive Epoka, en date du vendredi 26 juin, Edouard Philippe bénéficie de la confiance de 51 % des personnes interrogées, considéré comme un premier ministre « qui a la tête sur les épaules ». 
 
Cette cote de popularité n’a cessé de grimper depuis le début de la crise du coronavirus, avec un gain de 13 points en trois mois. 
 
Il ne se « défilera » pas
 
Surtout, la confiance placée en Edouard Philippe est largement supérieure à celle accordée à Emmanuel Macron, qui recueille 44 % d’avis favorables fin juin. Supérieure, également, à deux autres premiers ministrables, le chef de la diplomatie Jean-Yves Le Drian (45%) et le ministre de l’Economie Bruno Le Maire (42%). 
 
Quant bien même les Havrais souhaiteraient le voir « revenir à la maison », le premier ministre a évoqué le remaniement dimanche soir :
 
« Si le président de la République pense que dans cette nouvelle étape je peux apporter quelque chose, s’il pense que je peux aider, je ne me défilerai pas parce qu’on ne se défile pas quand le président vous demande quelque chose »
 
On ne gouverne pas (toujours) avec des sondages, mais Emmanuel Macron est bien face à un casse-tête. Les Français ne comprendraient pas forcément qu’il « enlève » Matignon à Edouard Philippe. Il doit dans le même temps entamer un virage écologique et social clair, tel que réclamé dans les urnes dimanche soir. C’est à dire faire pencher la balance LREM sur son côté gauche.

Auteur(s): FranceSoir


PARTAGER CET ARTICLE :


Edouard Philippe largement réélu au Havre

Annonces immobilières

Fil d'actualités Politique




Commentaires

-