Education: moins de profs mais pas plus d'élèves par classe, assure Blanquer

  •  SOUTENEZ L'INDEPENDANCE DE FRANCESOIR, FAITES UN DON !  

Education: moins de profs mais pas plus d'élèves par classe, assure Blanquer

Publié le 17/09/2018 à 12:42 - Mise à jour à 13:04
© FRED TANNEAU / AFP/Archives
PARTAGER :

Auteur(s): La rédaction de France-Soir

-A +A

Jean-Michel Blanquer a annoncé dimanche la suppression de 1.800 postes au sein de l'Education nationale, notamment chez les enseignants du second degré. Ce lundi, il a assuré qu'elle ne s'accompagnerait d'aucune augmentation du nombre d'élèves par classe.

Pour les syndicats d'enseignants, et probablement pour de nombreux parents, l'équation est assez simple. Moins de professeurs signifie plus d'élèves dans chaque classe, cela alors qu'ils sont déjà nombreux à dénoncer les surcharges.

Mais selon le ministre de l'Education Jean-Michel Blanquer, ce ne sera pas le cas. Malgré l'annonce de la suppression de 1.800 postes l'année prochaine dans "le second degré (les collèges et lycées, NDLR) et les services administratifs", annoncée dimanche 16.

"Il n'y aura aucun élève en plus (par classe), nous maintenons totalement les taux d'encadrement dans les collèges et les lycées", a déclaré ce lundi le ministre sur France Inter. Selon lui, "le volume d'enseignement sera maintenu à travers le recours aux heures supplémentaires exonérées de cotisations salariales", favorisé par une augmentation du Budget de l'Education à hauteur de 850 millions d'euros.

Voir: "Au moins 400 postes administratifs" supprimés sur les 1.800 dans l'Education en 2019

La solution pour ne pas augmenter la taille des classes passerait par une meilleur gestion, une idée fixe chez le ministre. "On peut faire beaucoup mieux avec les moyens que nous avons en matière de remplacements". Et de rappeler que si certaines classent affichent 35 élèves, d'autres n'en comptent qu'une vingtaine. "Notre réforme du lycée va permettre d'avoir des classes qui sont normales", a-t-il insisté. Bref, à supposer que des classes accueillent davantage d'élèves, ce ne seront que celles où ils sont le moins nombreux, assure-t-il.

"L'éducation nationale devait jusqu'ici rester une priorité et on voit bien que ça ne l'est plus", a déploré sur Franceinfo Frédérique Rolet, du syndicat d'enseignants du second degré Snes-FSU. "On va avoir moins de profs et plus d'élèves", a-t-elle ajouté.

Dans la réforme du lycée, "il est dit qu'il faudra mutualiser les enseignements, donc tout le monde n'aura plus le droit à une offre de formation riche dans tous les lycées. On se doutait donc bien que le second degré serait sacrifié, mais là, on est en train de mentir aux familles et aux élèves", a-t-elle dénoncé.

Lire aussi:

Education: Blanquer veut développer le recrutement ciblé des professeurs

Formation, redécoupage territorial: le gouvernement dévoile ses mesures pour l'Education

Auteur(s): La rédaction de France-Soir


Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




PARTAGER CET ARTICLE :


"Il n'y aura aucun élève en plus (par classe)", a assuré Jean-Michel Blanquer.

Annonces immobilières

Newsletter


Fil d'actualités Politique




Commentaires

-