Election présidentielle - L'assesseur Front national perturbe le vote à Agen: ce que l'on sait

Election présidentielle - L'assesseur Front national perturbe le vote à Agen: ce que l'on sait

Publié le :

Lundi 08 Mai 2017 - 08:11

Mise à jour :

Lundi 08 Mai 2017 - 08:12
© Uwe Anspach / dpa/AFP
PARTAGER :

La rédaction de FranceSoir.fr

-A +A

Un incident a été signalé à Agen dans le cadre du second tour de la présidentielle. Un individu, qui officiait comme assesseur pour le Font national a semé la zizanie dans un bureau de vote de la ville et a fini au commissariat. Le FN s'est immédiatement désolidarisé.

ELECTION - Cela restera comme l'un des incidents majeurs de ce second tour de la présidentielle. A Agen, dans le département du Lot-et-Garonne, le scrutin a été perturbé par un assesseur du Front national chargé de suivre pour le compte de son parti le bon déroulement du vote. Ce dernier ne l'entendait visiblement pas de cette oreille et a fini par être sorti du bureau, menottes au poignet.

L'individu n'a pas tardé d'ailleurs à se faire remarquer. Rapidement après l'ouverture du bureau, l'assesseur FN pestait ouvertement contre la régularité du vote. Aux électeurs se présentant, il leur intimait de ne pas voter pour un scrutin truqué et qui serait "invalidé".

Pour appuyer ses propos, l'homme expliquera à qui voudra l'entendre que les bulletins (en papier recyclé) présentent des irrégularités, marqués qu'ils sont de petits points noirs. Malgré un premier rappel à l'ordre, l'homme continuera ses provocations. Il va en effet prendre des photos des listes d'émargement (permettant de savoir qui a voté et de vérifier la régularité du vote, l'électeur signant en face de son nom après avoir déposé son bulletin). Or, cette pratique est strictement interdite par respect pour la confidentialité du vote, incluant aussi la confidentialité de la présence ou non au scrutin.

C'en était trop pour le président du bureau qui a alors pris le parti de faire appel aux forces de l'ordre pour se débarrasser de l'inopportun. Or, l'homme âgé de 45 ans et décrit comme "de forte corpulence" a décidé de ne pas se laisser faire et les policiers ont dû faire usage de la force pour emmener l'individu au commissariat, menotté.

Sur ordre du parquet, il sera remis en liberté une heure plus tard mais sera probablement convoqué. Le Conseil constitutionnel, qui valide ou non les résultats d'un bureau, n'a pas encore donné sa décision sur la prise en compte du vote malgré la perturbation.

A noter enfin que le Front national s'est immédiatement désolidarisé de son assesseur. Etienne Bousquet-Cassagne, le secrétaire départemental du parti ayant expliqué que "la police a bien fait d'intervenir". Le parti va vérifier si l'individu est bien membre du Front national, et annonce le cas échéant qu'une procédure d'exclusion à son encontre sera initiée. Marine Le Pen a réalisé un score de 30,27% à Agen (69,73% pour Emmanuel Macron) soit 5 points de moins que la moyenne nationale.

L'homme expliquait aux électeurs que le scrutin serait "invalidé".

Commentaires

-