Elections législatives - Radio Londres, presse étrangère, sondages: des résultats avant l'heure?

Elections législatives - Radio Londres, presse étrangère, sondages: des résultats avant l'heure?

Publié le :

Samedi 10 Juin 2017 - 16:38

Mise à jour :

Samedi 10 Juin 2017 - 16:45
© Thomas SAINT-CRICQ, Kun TIAN, Jules BONNARD, Camille MALPLAT / AFP
PARTAGER :

La rédaction de FranceSoir.fr

-A +A

Les élections législatives déboucheront-elles sur un raz-de-marée en faveur d'Emmanuel Macron comment l'annoncent les sondeurs? La question est sur toutes les lèvres, d'autant que l'abstention record annoncée pourrait changer la donne. Ce qui pousse les plus fébriles à chercher d'ultimes sondages ou autres résultats anticipés. Mais attention aux arnaques.

"Les Français (mais pas seulement) parlent aux Français". Après une élection présidentielle haletante, marquée par la victoire surprise d'un candidat encore inconnu quelques mois avant le scrutin,  place aux législatives ces dimanches 11 et 18 juin. Et si les derniers sondages (dont la publication est interdite par les médias français depuis ce samedi 10 au matin, première heure) annoncent un raz-de-marée en faveur d'Emmanuel Macron, l'abstention record également anticipée par les instituts pourrait bien rebattre les cartes...

Pourtant, il faudra patienter jusqu'à 20h dimanche soir pour connaître les premiers résultats officiels, basés sur l'extrapolation des premiers dépouillements (de nombreux bureaux ferment à 18h) et ainsi avoir une idée de ce à quoi ressemblera la prochaine Assemblée nationale.

Sauf pour les plus impatients qui seront nombreux, comme c'est devenu une habitude pour certains, à se tourner vers des canaux  non-officiels pour avoir des tendances avant l'heure. De la presse étrangère -qui n'est pas soumise aux mêmes règles que celle de France, FranceSoir inclus- au désormais hashtag (mot-clé) "Radio Londres" sur Twitter, les informations précoces sont ainsi aisées à obtenir sur Internet.

Mais attention à leur fiabilité. Tout un chacun peut ainsi poster un message plus ou moins farfelu sur les réseaux sociaux et être repris par ceux qui entendent là ce qu'ils veulent bien. Et quant aux médias étrangers, belges et suisses en tête, ils se basent en réalité sur des enquêtes d'opinion réalisées par les instituts français sur Internet le plus souvent. Des sondages qui n'ont rien à voir avec ceux appelés autrefois "de sortie des urnes" à prendre eux aussi avec des pincettes car ne citant pas de sources (les sondeurs craignant de tomber sous le coup de la loi).

Un peu plus de 47 millions de Français sont appelés aux urnes ces dimanches 11 et 18 juin dans les 577 circonscriptions de métropole, d'outre-mer et de l'étranger pour départager les 7.882 candidats à un siège à l'Assemblée nationale. Un nombre sensiblement supérieur à celui des législatives de 2012 auxquelles 6.603 aspirants députés étaient en lice.

Les sondages prédisent une majorité plus que confortable pour Emmanuel Macron, qui aurait ainsi les mains libres pour mener sa politique. Le nouveau président pourrait voir près -plus?- de 400 députés étiquetés à ses couleurs entrer au Palais Bourbon. Un raz-de-marée presque sans équivalent sous la Ve République, comparable au plébiscite en faveur du général De Gaulle en juin 1968. Les perdants annoncés, du PS à LR en passant par la France insoumise de Jean-Luc Mélenchon, misent toutefois sur un sursaut de leurs électorats respectifs, voire sur une abstention record qui pourrait rebattre les cartes.

La tentation d'aller chercher des sondages "secrets" ou autres résultats anticipées est grande pour les électeurs les plus impatients.


Commentaires

-