Emmanuel Macron change de bureau à l'Elysée et choisit "le salon qui rend fou"

  •  SOUTENEZ L'INDEPENDANCE DE FRANCESOIR, FAITES UN DON !  

Emmanuel Macron change de bureau à l'Elysée et choisit "le salon qui rend fou"

Publié le 09/06/2017 à 14:55 - Mise à jour à 15:08
© STEPHANE DE SAKUTIN / AFP
PARTAGER :

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr

-A +A

Emmanuel Macron s'est installé à l'Elysée il y a maintenant trois semaines et a décidé de changer de bureau. Il avait pris ses quartiers dans l'office des ses prédécesseurs, le salon doré, mais a vite préféré déménager dans une pièce plus grande surnommée "le salon qui rend fou".

Cela fait maintenant trois semaines qu'Emmanuel Macron s'est installé au palais de l'Elysée. Comme ses prédécesseurs avant lui, il avait choisi de faire du salon doré son bureau officiel, mais le nouveau président s'est certainement senti un peu trop à l'étroit. Il a donc décidé de faire de s'installer dans un salon plus grand, situé dans un angle au premier étage du palais de l'Elysée, muni d'une table de réunion: "le salon qui rend fou".

Lors des deux quinquennats précédents, ce salon était le bureau des conseilleurs spéciaux Henri Guaino sous Nicolas Sarkozy, puis Aquilino Morelle sous François Hollande. C'est d'ailleurs à ces deux anciens locataires que le salon doit son surnom quelque peu inquiétant.

Henri Guaino était réputé pour ses colères noires, Aquilino Morelle avait dû démissionner en avril 2014 alors que Mediapart avait révélé, entre autre, que le conseiller spécial utilisait l'argent de l'Etat pour faire cirer ses chaussures ou mettre ses chauffeurs à disposition de ses enfants. Après son départ, François Hollande avait fait de ce salon si particulier une salle de réunion. Les comportements et actions des deux conseillers ont donné le surnom de "salon qui rend fou" au bureau. D'après le livre Elysée, vérités et légendes de Bernard et Michèle Brigouleix, les occupants de la pièce seraient sujet à des "dérives narcissiques".

Le bureau est situé non loin des appartements privés du président et offre une vue imprenable sur le parc du palais de l'Elysée. Au début du quinquennat d'Emmanuel Macron, l'un de ses proches avait pourtant affirmé que ce "salon qui rend fou" ne serait pas occupé.

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr


Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




PARTAGER CET ARTICLE :


A son investiture, Emmanuel Macron s'était installé dans le bureau de ses prédécesseurs.

Annonces immobilières

Newsletter


Fil d'actualités Politique




Commentaires

-