Affaire Benalla: les questions et les réponses de Gérard Collomb (audition à l'Assemblée nationale)

Live

Affaire Benalla: les questions et les réponses de Gérard Collomb (audition à l'Assemblée nationale)

Publié le :

Lundi 23 Juillet 2018 - 09:38

Mise à jour :

Lundi 23 Juillet 2018 - 12:42
Gérard Collomb est auditionné ce lundi matin par une commission d'enquête parlementaire à l'Assemblée nationale suite à l'affaire Alexandre Benalla. Le ministre de l’Intérieur doit s’expliquer sur les éventuels manquements de son administration dans le traitement de ce qui apparaît désormais comme un scandale d'Etat.
© JACQUES DEMARTHON / AFP/Archives
PARTAGER :

La rédaction de France-Soir

-A +A

L'affaire Alexandre Benalla et le scandale politique qui en découle n'en finissent plus de provoquer des remous au plus haut sommet de l'Etat. Ce lundi 23 à partir de 10h, Gérard Collomb doit être entendu par la commission d'enquête parlementaire mobilisée sur le sujet à l'Assemblée nationale. Le député LR Guillaume Larrivé, rapporteur de la commission, a fait savoir que le ministre de l'Intérieur devra répondre à "des questions très nombreuses et d'une très grande gravité". (Lire ci-dessous notre direct)

Face à des députés d'opposition particulièrement remontés, le locataire de la place Beauvau aura la lourde tâche de briser le silence instauré par l'exécutif depuis vendredi 20. D'autant que les appels à sa démission sont de plus en plus importants depuis la révélation des faits mercredi 18 par le journal Le Monde. Gérard Collomb sera également auditionné mardi 24 au Sénat.

Lire aussi:

Affaire Benalla: ce qu'il a dit aux enquêteurs en garde à vue

Affaire Benalla: Macron reconnaît des faits "inacceptables" et des "dysfonctionnements" à l'Elysée

Affaire Benalla: la vidéo du proche de Macron, un scandale d'Etat

--------------------------------------

> Rappel des faits:

Un conseiller de l'Elysée, Alexandre Benalla été filmé en train de frapper et malmener des manifestants le 1er mai à Paris, alors qu'il avait été autorisé à accompagner des haut gradés de la préfecture de police de Paris en tant qu'"observateur".

Alexandre Benalla, dont l'Elysée a annoncé vendredi 20 le licenciement a été mis en examen dimanche 22 au soir pour "violences en réunion n'ayant pas entraîné d'incapacité" et "immixtion dans l'exercice d'une fonction publique". Il a été placé sous contrôle judiciaire. Il a également été mis en examen pour "port public et sans droit d'insignes réglementés", "recel de détournement d'images issues d'un système de vidéo-protection" et "recel de violation du secret professionnel".

Quatre autres hommes sont mis en examen dans cette affaire: Vincent Crase, salarié de LREM, pour avoir participé aux violences avec Alexandre Benalla et car il était armé lors des faits, et trois autres hommes, des hauts gradés de la police, pour avoir fourni illégalement à Benalla les images de vidéosurveillance des faits.

-------------------------------------

> Le direct:

C'st la fin de ce direct, retrouvez la suite de cet affaire et le reste de l'actualité sur France-Soir.

12h28: L'audition de Gérard Collomb a pris fin.

12h27: Gérard Collomb précise, sur une question de Guillaume Larrivé, qu'il n'a jamais reçu de note écrite sur les faits commis le 1er mai par Alexandre Benalla.

12h22: Y a-t-il eu une enquête de moralité du ministère de l'Intérieur sur Alexandre Benalla eu égard au poste qu'il occupe auprès d'Emmanuel Macron demande Marine Le Pen? Une brève enquête auprès du CNAPS précise Gérard Collomb.

12h20: Soutien de longue date d'Emmanuel Macron, Gérard Collomb ne connaissait pas bien, de son propre aveu, Alexandre Benalla, également proche du chef de l'Etat. Une situation qui étonne Nicolas Dupont-Aignan. Le ministre répond qu'il y avait beaucoup de monde pendant la campagne.

12h14: "Sur quelle mission Alexandre Benalla a-t-il obtenu le grade de lieutenant-colonel dans la réserve de la gendarmerie?", demande une député du groupe GRD. Gérard Collomb ne répond pas, une nouvelle fois.

12h12: Alexis Corbière pose la question du rôle réel de Philippe Mizerski lors de la manifestation et demande son audition par la commission. "C'est l'enquête judiciaire qui va répondre à cette question", se borne à répondre Gérard Collomb.

12h06: Y a-t-il eu une accolade entre Gérard Collomb et Alexandre Benalla dans la salle de commandement? Le ministre ne nie pas et précise qu'il a salué toute les personnes présentes.

12h05: Comment le ministre appréhende la sanction prise par l'Elysée contre Alexandre Benalla s'interroge le socialiste Boris Vallaud. Gérard Collomb ne répond pas.

11h59: Comment expliquer que les policiers n'empêchent pas les violences d'Alexandre Benalla et Vincent Crose? Les policiers étaient déjà bien occupés souligne Gérard Collomb.

11h58: Qui s'occupe des relations entre le ministère de l'Intérieur et Alexandre Benalla? Gérard Collomb esquive la question.

11h55: Gérard Collomb "n'est pas en mesure" d'expliquer comment Alexandre Benalla a obtenu une voiture équipée de certains attributs de la police. Le ministre souligne que ce dernier n'a jamais été pressenti pour devenir sous-préfet.  

11h51: Gérard Collomb fait savoir qu'il n'avait pas connaissance du fait qu'Alexandre Benalla portait un brassard "police" et une radio le 2 mai et qu'il l'a découvert le 18 juillet.

11h48: Gérard Collomb précise que l'autorisation d'assister à la manifestation comme "observateur" lui a été fournie par une personne de la préfecture sans préciser de qui il s'agit.

11h46: Un élu de la majorité demande si les auteurs de la vidéo se sont manifestés auprès des forces de l'ordre, de même que les personnes violentées par Alexandre Benalla. Gérard Collomb précise que les victimes ont demandé à être entendus par les enquêteurs.

11h44: Avant le 18 juillet, Gérard Collomb affirme ne pas avoir parlé de Vincent Crase et d'Alexandre Benalla avec le chef de l'Etat, Alexis Kohler ou des membres du personnel présidentiel.

11h40: Yaël Braun-Pivet reprend la parole pour s'interroger sur la non-réaction des forces de l'ordre présentes place de a Contrescarpe face aux actions d'Alexandre Benalla, Gérard Collomb estime que cela est dû à la tension qui régnait et à la courte durée des faits reprochés à l'ancien conseiller. Gérard Collomb précise que son chef de cabinet a été mis au courant par la personne en charge des réseaux sociaux au ministère de l'Intérieur.

11h37: Gilbert Collard souligne le manque d'information que présente Gérard Collomb sur les faits et la personnalité d'Alexandre Benalla. Le ministre a, en effet, reconnu plusieurs fois "ne pas savoir" suite à des questions de députés.

11h30: Ugo Bernalicis s'interroge sur la présence, confirmée par Gérard Collomb, dans la salle de commandement du dispositif policier le 1er mai. Le ministre précise que l'IGPN devra répondre à la question. Le député insoumis poursuit en demandant si le ministre connaît Philippe Mizerski et quel est son rôle auprès de la préfecture de police. "Je n'avais jamais entendu parler de Philippe Mizerski", précise Gérard Collomb. Ugo Bernalicis conclut en demandant si l'IGPN a été saisi le 3 mai dernier et que l'enquête n'avait pas abouti: le ministre confirme.

11h22: Stéphane Peu, du groupe GDR, demande à Gérard Collomb qui n'a pas dénoncé aux autorités judiciaires les actes d'Alexandre Benalla, conformément à l'article 40 du code de procédure pénale. Le ministre esquive la question en bottant en touche, en rappelant que ce n'est pas son rôle de saisir la justice.

11h17: "Les écoutes sont accordés par le Premier ministre en liaison avec mon directeur de cabinet. Il n'y a pas de circuit parallèle", souligne Gérard Collomb. Le ministre ne sait pas qui a donné le poste de radio à Alexandre Benalla. Ce dernier n'aurait à la connaissance du ministre pas fait de demandes d'écoutes dans le cadre de ses fonctions à l'Elysée.

11h14: Le député PS David Habib demande à Gérard Collomb à quel moment Alexandre Benalla obtient le poste radio Acropole avec lequel ont le vois sur les images et avec qui il s'entretenait. Le socialiste demande les écoutes de ces échanges.

11h11: Jean-Christophe Lagarde demande qui a invité Alexandre Benalla et Vincent Crase pour observer la manifestation. "Je n'en sais rien", répond Gérard Collomb. Le ministre de l'Intérieur précise que le brassard police et le talkie-walkie d'Alexandre Benalla ne lui pas été remis à son arrivée auprès des forces de l'ordre.

11h05: Laurence Wisniewski, représentante du Modem, interroge Gérard Collomb sur la date de la saisie de l'Inspection générale des services. C'est après avoir pris connaissance de l'article du Monde révélait les faits qu'il a saisi l'IGPN, précise le ministre, soit le mercredi 18.

10h59: Gérard Collomb reconnaît qu'il a rencontré le chef de l'Etat ce week-end et précise qu'ils ont parlé "le moins possible des faits" reprochés à Alexandre Benalla. Il précise n'avoir jamais entendu parler des autres dérapages du mis en cause.

10h56: Eric Ciotti demande si Gérard Collomb a rencontré Emmanuel Macron au cours du week-end et si Alexandre Benalla avait déjà commis des actes répréhensibles avant les faits du 1er mai en rappelant des dérapages supposés de ce dernier dans le cadre de la protection d'Emmanuel Macron.

10h54: Suite à une question d'une députée LREM, l'incitant à le faire, Gérard Collomb rappelle le contexte tendu des manifestations du 1er mai. Le ministre fait le bilan des destructions et des arrestations ce jour-là, se félicitant du nombre peu élevé de blessés (4).

10h47: S'agissant de Vincent Crase, Guillaume Larrivé demande à Gérard Collomb si il le connait. "Encore mois que M. Benalla, j'ai pu le croiser mais je l'ai découvert à travers la presse", répond Gérard Collomb.

10h43: Gérad Collomb indique qu'il n'a "jamais parlé" avec Emmanuel Macron des faits reprochés à Alexandre Benalla.

10h41: "Alexandre Benalla était-il autorisé à porter une arme", demande Guillaume Larrivé. "M. Benalla a sollicité à plusieurs reprises le ministère de l'Intérieur pour une autorisation de port d'arme", souligne Gérard Collomb. Des demandes toutes refusés, toutefois un arrêté du préfet de police lui a donné le droit de porter une arme le 13 octobre 2017.

10h38: Gérard Collomb ur Benalla: "Je croyais qu'il faisait parti des services de police. J'ignorais sa qualité de conseiller" du président.

10h36: Gérard Collomb explique qu'il avait déjà rencontré Alexandre Benalla avant les faits mais ne connaissait pas sa fonction auprès du président de la République. La dernière fois qu'il l'a vu, c'était pour la victoire des Bleus en Russie.

10h35: Guillaume Larrivé, rapporteur de la commission d'enquête, explique qu'il souhaite que Gérard Collomb soit de nouveau auditionné à l'avenir après que d'autres personnes aient été entendues.

10h33: Gérard Collomb a demandé que les futurs observateurs des opérations de police ne soient plus habillés de la même façon que les forces de l'ordre à l'avenir. 

10h32: Yaël Braun-Pivet demande à Gérard Collomb si il a été mis au courant en amont du 1er mai si Alexandre Benalla et Vincent Crase étaient présents au près des forces de l'ordre. "Je n'ai jamais été informé avant de découvrir les faits", répond le ministre.

10h28: Gérard Collomb clôture sa prise de parole en rendant hommage aux forces de l'ordre et estime qu'Alexandre Benalla a jeté le discrédit sur les policiers et les gendarmes en usurpant leur rôle.

10h25: Pourquoi Gérard Collomb n'a pas saisi la justice après avoir pris connaissance des faits? "Ce n'est pas au ministre de la faire", a-t-il lancé. Pourquoi n'avoir pas saisi l'IGPN le 2 mai? "La préfecture de police et le cabinet du président étaient au courant", a expliqué le ministre. 

10h24: Le ministre de l'Intérieur poursuit en expliquant qu'une fois qu'il a fait remonter les informations sur l'implication de Benalla à l'Elysée, il a estimé avoir fait ce qu'on attendait de lui et il s'est désintéressé de l'affaire: "je ne me suis donc plus occupé du sujet".

10h22: Gérard Collomb explique que le 2 mai au matin, il n'était pas au courant de l'existence de la vidéo mettant en scène les violences d'Alexandre Benalla. Ce n'est qu'en début d'après-midi qu'il est informé par son directeur de cabinet qui lui annonce l'implication du conseiller de l'Elysée dans la manifestation.

10h19: "Certaines personnes devaient être autorisés à assister à l'action des forces de l'ordre mais il ne saurait être question que quiconque puisse prendre une part active aux actions des forces de l'ordre en dehors du cadre légal. Les actions violentes de M. Benalla sont inadmissibles", a souligné Gérard Collomb.

10h16: Le ministre de l'Intérieur rappelle que les défilés du 1er mai 2018 ont été marqués par les violences d'une partie des manifestants, notamment ceux du Black bloc, et félicite le travail des forces de l'ordre ce jour-là.

10h13: Gérard Collomb condamne avec "la plus grande fermeté les actes de M. Benalla, pendant et après le 1er mai", en préambule de son intervention avant de rappeler le contexte des manifestations de la fête du Travail, lié aux évacuations de Notre-Dame-des-Landes et de la faculté de Tolbiac.

10h09: Yaël Braun-Pivet, présidente de la commission d'enquête, a donné les conditions de l'audition Gérard Collomb. Elle a rappelle que certaines autres auditions dans le charge de cette enquête se tiendraient à huis clos pour des raisons touchant à la sureté de l'Etat.

10h03: Gérard Collomb est arrivé à l'Assemblée et a pris place dans la salle de la commission des lois pour se faire auditionner par la commission d'enquête parlementaire sur l'affaire Benalla.

9h50: François de Rugy, président de l'Assemblée nationale, a annoncé ce lundi matin que le rapport demandé par le ministre de l'Intérieur, Gérard Collomb, le 19 juillet à l'Inspection générale de la police nationale devrait être remis à la fin de cette semaine et qu'il serait "communiqué immédiatement au Parlement", lui a assuré le premier ministre, Edouard Philippe.

9h43: L'audition de Gérard Collomb sera suivi de celle du préfet de police de Paris, Michel Delpuech.

 

Gérard Collomb est entendu ce lundi par les députés en charge de l'enquête parlementaire sur l'affaire Benalla.

Commentaires

-