EN DIRECT - la piste d’anarchistes grecs dans l'attentat du FMI à Paris, 8 blessés dans la fusillade du lycée à Grasse

EN DIRECT - la piste d’anarchistes grecs dans l'attentat du FMI à Paris, 8 blessés dans la fusillade du lycée à Grasse

Publié le :

Jeudi 16 Mars 2017 - 13:41

Mise à jour :

Jeudi 16 Mars 2017 - 20:55
©Valéry Hache/AFP
PARTAGER :

La rédaction de FranceSoir.fr

-A +A

Un élève lourdement armé a ouvert le feu dans son lycée de Grasse (Alpes-Maritimes), ce jeudi, faisant 8 blessés. Quelques instants auparavant, un pli piégé a explosé à l'antenne parisienne du FMI. Des résidus de timbres grecs auraient été découverts sur place par les enquêteurs, orientant l'enquête vers la piste d'un attentat perpétré par des anarchistes de ce pays. Suivez l'évolution de la situation en direct avec "FranceSoir".

 

C'est la fin de ce direct. Merci d'avoir suivi le fil de la journée sur FranceSoir.fr.

Evolution des enquêtes sur l'attentat du FMI et la fusillade de Grasse: rendez-vous dès demain matin pour une nouvelle journée d'information.

Toute la rédaction vous souhaite une excellente soirée! 

20h29: Selon Nice-Matin, Killian B., auteur des coups de feu au lycée Tocqueville de Grasse, victime de harcèlement scolaire, cherchait sa classe quand il s'est introduit dans le lycée. Mais comme l'a confirmé la procureur de la ville, Fabienne Atzori, "cet élève mineur, inconnu par ailleurs des services de police, s'est introduit dans une première classe par erreur".

Les enquêteurs ont également retrouvé un engin explosif dans son sac. Il l'aurait fabriqué à base de poudre noire.

20h13: L'Académie de Nice a indiquée sur son compte Twitter que les établissements scolaires seront tous ouverts demain, vendredi 17, à Grasse. De son côté, la secrétaire d'Etat en charge de l'aide aux victimes Juliette Méadel a indiqué que le soutien psychologique au lycée Tocqueville était en place. Les élèves et membres du personnel choqués peuvent se confier à 17 psychiatres et psychologues présents.

19h58: Lors de son meeting à Caen, François Fillon a eu des mots pour les blessés dans la fusillade du lycée Tocqueville à Grasse. Il en a d'ailleurs profité pour glisser un tacle au ministre de la Justice Jean-Jacques Urvoas.

19h32: Dans les huit personnes touchées dans la fusillade dans le lycée de Grasse, quatre ont été atteintes par des plombs (y compris le proviseur) et quatre autres ont été blessées dans la bousculade qui a suivi les tirs.

19h05: L'enquête dans l'attaque au colis piégé du FMI à Paris avance. Les enquêteurs ont retrouvé des résidus de timbres grecs à l'endroit de l'explosion, et s'orientent donc vers la piste grecque. 

La police grecque a d'ailleurs confirmé que des anarchistes grecs étaient vraisemblablement à l'origine de cet attentat, qui a blessé sérieusement au visage, aux mains et au tympan une assistante de direction du FMI.

18h45: Najat Vallaud-Belkacem, accompagnée de Jérôme Viaud, maire LR de Grasse, et de la procureure de Grasse Fabienne Atzori, a fait ce jeudi 16 en début de soirée une déclaration à la presse où elle a souligné le "courage" et "l'héroïsme" du proviseur, qui s'est interposé pour calmer Killian B., le tireur qui a blessé huit personnes à la mi-journée dans le lycée de Tocqueville.

18h30: Fabienne Atzori, procureure de Grasse, a déclaré que le tireur de Grasse avait agi à cause "des mauvaises relations" qu'il entretenait avec les autres élèves du lycée de Tocqueville. Elle a également précisé qu'il n'avait opposé "aucune résistance lors de son arrestation".

 

Le point à 18h

>Une assistante de direction a été blessée, ce jeudi 16 en milieu de journée, lors de l’ouverture d’un courrier qui a explosé au siège parisien du Fonds monétaire international (FMI). Brûlée aux mains et au visage, elle souffre également d'un blast au tympan (perforation) selon le préfet de police de Paris, Michel Cadot. François Hollande, lui, avait indiqué dans un premier temps qu'elle se trouvait "entre la vie et la mort". Rapidement, le parquet antiterroriste français a été saisi.

>Peu de temps après, une fusillade a éclaté dans le lycée Tocqueville de Grasse (Alpes-Maritimes). Le suspect, prénommé Killian, est un élève de 17 ans. Jusqu'alors inconnu des services de police, il étudie dans l'établissement scolaire en classe de première L. Lors des faits, il était armé d'un fusil, de deux armes de poing et de deux grenades. Au total, huit personnes ont été blessées, dont trois par des plombs. Les cinq autres souffrent de blessures plus légères. Selon Christian Estrosi, l'enquête ne s'oriente "pas du tout" sur la voie du terrorisme. De son côté, François Hollande a annoncé que l'état d'urgence durerait jusqu'au 15 juillet. 

 

17h50: (Grasse) Jérôme Viaud, le maire de Grasse (LR), a rendu hommage au courage du proviseur et aux forces de police qui sont intervenues dans l'établissement scolaire. 

17h40: (Grasse) La ministre de l'Education s'est exprimée brièvement depuis le lycée Alexis De Tocqueville. "Tout ce que nous savons c’est qu’il s’agit visiblement de l’acte fou d’un jeune fragile et fasciné par les armes à feu", a-t-elle déclaré.

17h30: (Grasse) Najat Vallaud-Belkacem a rencontré les forces de l'ordre et les secours suite à l'agression au Lycée Alexis De Tocqueville. 

17h21: (Grasse) Le candidat à la présidentielle, Emmanuel Macron, a tenu à rendre hommage sur Twitter aux forces de l'ordre, aux personnes blessées et à l'équipe éducative.

17h16: (Grasse) Une capture d'écran de la vidéo dans laquelle Killian pointe son arme sur la caméra et actionne la détente avant de faire mine de se suicider.

 

17h10: (Grasse) Le président de la région PACA et de l'agglomération niçoise a également affirmé que "la Region mobilisera des psychologues pour accompagner les lycéens de grasse choqués et la communauté éducative". 

16h59: (Grasse) Sur Twitter, Christian Estrosi a remercié les policiers qui sont intervenus dans l'établissement scolaire.

16h53: (Grasse) Un aperçu des publications postées par Killian sur son compte Facebook. Ci-dessous, une image de la tuerie du lycée américain de Columbine qui a eu lieu en 1999. On y voit Dylan Klebold et Eric Harris, les auteurs de l'attentat.

16h47: (Grasse) Selon Christian Estrosi, le proviseur lui a raconté la scène. "Alors qu'on lui a signalé qu'il y avait cet élève, il a souhaité aller s'interposer par rapport aux menaces qu'il constituait pour essayer de l'apaiser, de le calmer et malheureusement il n'y est pas parvenu", a déclaré le président de la région PACA et de l'agglomération niçoise.

16h44: (Grasse) Selon la préfecture des Alpes-Maritimes, la sortie des élèves des autres établissements scolaires se déroule actuellement sous la protection des forces de l'ordre.

16h39: (Grasse)  Sur le compte Facebook du jeune homme interpellé, auquel FranceSoir a pu avoir accès, se trouve une vidéo dans laquelle il pointe son arme sur la caméra et actionne la détente avant de faire mine de se suicider.

16h30: (Grasse) Sur Twitter, Eric Ciotti a indiqué être aux côtés de Najat Vallaud-Belkacem et Georges-François Leclerc , le nouveau préfet des Alpes-Maritimes, pour faire le point sur la situation.

16h20 (Grasse) Selon le préfet des Alpes-Maritimes, les élèves du lycée sont actuellement pris en charge et ne courent aucun risque. 

16h07: (Grasse) "Ce sera à mon successeur de décider ce qu'il fera ensuite. Mais pour l'heure, l'etat d'urgence est adapaté à un certains nombres de risques", a également déclaré le chef de l'Etat. Pour lui, l'attaque au FMI et la fusillade de Grasse conduisent à justifier l'état d'urgence.

16h01: (Grasse) François Hollande a pris la parole depuis la Corrèze. "L'enquête est en cours mais même s'il n'y a pas de lien direct avec une entreprise terroriste, nous restons extrêmement prudents. J'ai annoncé que l'état d'urgence durerait jusqu'au 15 juillet", a-t-il déclaré précisant que ce régime d'exception n'était pas "une procédure permanente". 

15h57: (Grasse) L'intervention des forces de l'ordre est terminée selon l'application SAIP du ministère de l'Intérieur. 

15h52: (Grasse et FMI) François Hollande s'exprimera à 16h depuis la Corrèze. 

15h49: (Grasse) La piste d'un deuxième homme, en fuite, a été totalement écartée par les enquêteurs.

15h46: (Grasse) Parmi les huit blessés, trois ont été transférés à l'hôpital. Ils ont été touchés par des plombs. Les cinq autres auraient des blessures sans gravité. 

15h44: (Grasse) Selon les informations de BFMTV, le lycéen interpellé, auteur présumé de la fusillade, serait le fils d'un élu de la mairie de Grasse. 

15h42: (Grasse) Elève en terminal, un lycéen de 17 ans a témoigné auprès de Nice-Matin. "J’étais en cours, quand on a entendu des coups de feu. Par la fenêtre de notre salle qui est au dernier étage, j’ai vu un mec avec un pistolet à plombs tirer à deux reprises sur notre proviseur, dans la cour de récréation", a-t-il déclaré. Et d'ajouter: "il a fait preuve d’un sang-froid incroyable, j’étais trop loin pour entendre ce qu’il lui disait, mais il est resté calme, même après avoir été touché par un premier tir. Malgré le plomb dans le bras, il a continué à essayer de le ramener à la raison".

15h37: (Grasse) Bruno Le Roux a fait état d'un nouveau bilan. Il y aurait huit blessés. 

15h32: (FMI) Sur Twitter, Pierre Moscovici, le commissaire européen aux affaires économiques et financières, a lui aussi condamné l'attaque qui a eu lieu ce midi à l'encontre du siège européen du FMI.  

15h29: (Grasse) L'Académie de Nice a indiqué que le confinement des établissements scolaires de Grasse a été levé, sauf pour le lycée Tocqueville.

15h25: (Grasse) Le ministre de l'Intérieur, Bruno Le Roux, s'est exprimé depuis Matignon suite à la fusillade à Grasse. "Je voudrais saluer la grande réactivité des forces de sécurité", a-t-il notamment déclaré. 

15h22: (Grasse) Le parquet de Grasse fera une déclaration à 17 heures.

15h12: (FMI) Selon le préfet de Paris, Michel Cadot, il semblerait "que ce soit un engin pyrotechnique ou un gros pétard. C'est quelque chose de relativement artisanal, ce n'est en rien une bombe". 

15h08: (FMI) La circulation a repris avenue Iéna à Paris dans le XVIe arrondissement. Le dispositif policier sur place commence à être allégé. 

14h59: (Grasse) Christian Estrosi a confirmé le nombre de blessés, deux élèves et le proviseur de l'établissement. 

14h57: (Grasse) Le jeune homme de 17 ans, interpellé par les services de police, est actuellement en garde à vue au commissariat de Grasse. 

14h54: (Grasse) D'après les informations de Nice-Matin, le suspect était victime de harcèlement scolaire.

14h51: (Grasse) Le rectorat de l'Académie de Nice a annoncé que les parents de deux élèves blessés avaient été prévenus.

14h48: (Grasse) Le président de la région PACA et de l'agglomération niçoise, Christian Estrosi, a indiqué que l'enquête ne s'orientait "pas du tout sur la voie du terrorisme". "On est plutôt sur quelqu’un qui semble avoir des problèmes psychologiques", a-t-il déclaré.

14h45: (Grasse) Selon le journaliste du Monde, Soren Seelow, le suspect interpellé s'intéressait à la tuerie du lycée américain de Columbine qui avait eu lieu en 1999.

14h42: (Grasse) Sur Twitter, Nice-Matin vient de diffuser la dernière photo postée sur Facebook par le tireur présumé.

14h36: (Grasse et FMI) Une réunion d'urgence entre Bernard Cazeneuve et Bruno Le Roux devrait se tenir à Matignon à 14h30 suite à la fusillade à Grasse et à l'attaque au pli piégé au siège européen du FMI. 

14h32: (Grasse) D'après les pompiers, trois personnes ont été blessées lors de la fusillade, dont le proviseur de l'établissement. Son pronostic vital ne serait pas engagé. 

 

Le point à 14h30

Deux attaques ont frappé la France ce jeudi midi.

C'est tout d'abord un pli piégé qui a explosé au siège parisien du Fonds monétaire international vers midi, blessant gravement l'assistante du chef de cabinet auquel il était destiné. Selon François Hollande, la victime est "entre la vie et la mort". Le chef de l'Etat a également confirmé qu'il s'agit d'un "attentat", tandis que le parquet antiterroriste a été saisi. Les autorités n'ont fait état d'aucune revendication à ce stade.

Dans la foulée, une fusillade a éclaté dans le lycée Tocqueville de Grasse (Alpes-Maritimes) peu avant 13h. Un jeune homme surarmé (un fusil, un pistolet, un revolver et deux grenades) a visé le proviseur de l'établissement. Deux autres personnes ont également été touchées. Une alerte attentat  a été déclenchée par les autorités dans la foulée et le Raid dépêché sur place. Un suspect, présenté comme l'auteur des coups de feu a été arrêté et présenté comme un certain Killian, 17 ans, élève en classe de Première L scolarisé au sein du lycée attaqué.

Un temps évoquée, l'hypothèse d'un second suspect en fuite a été démentie par les autorités.

 

14h29: (FMI) Voir les images de l'important dispositif de sécurité déployé devant le FMI situé au 66 avenue d'Iéna à Paris.

14h26: (Grasse) Christian Estrosi, le président de la région PACA et de l'agglomération niçoise, s'est entretenu avec François Hollande suite à la fusillade.

14h23: (FMI) La directrice du Fonds monétaire international, Christine Lagarde, a condamné cet "acte de violence". 

14h20: (Grasse) d'après la préfecture des Alpes-Maritimes, les élèves du lycée Tocqueville sont en sécurité. Les parents sont priés de ne pas se déplacer.

14h16: (Grasse) Selon les derniers éléments divulgués par Nice-Matin, le suspect interpellé serait un élève de première L du lycée. Il se prénommerait Killian. 

14h12: (Grasse) Un important dispositif de sécurité a été déployé devant le lycée Alexis de Tocqueville.

14h09: (Grasse) Selon une source policière, il n'y aurait pas de deuxième homme en fuite. 

14h05: (Grasse) Les autorités ont mis en place un numéro d'urgence suite à la fusillade de Grasse: le 04.93.72.22.22

14h02: La police a constaté que le suspect de la fusillade de Grasse avait notamment regardé plusieurs vidéos de tueries de masse sur son ordinateur. 

13h58: Au 66 avenue d'Iéna à Paris (FMI), l'explosion a eu lieu vers 11h30.

13h55: A Paris, le parquet antiterroriste a été saisi pour l'attaque au FMI. François Hollande, qui a confirmé qu'il s'agissait bien d'un attentat, a déclaré que la victime était entre la vie et la mort. "Il doit y avoir la solidarité par rapport à la personne qui a été touchée, qui est entre la vie et la mort".

13h50: Selon un journaliste du Monde, le lycéen interpellé est un jeune homme de 17 ans inconnu des services de police. Il a été arrêté en possession d'un fusil, un pistolet, un revolver et deux grenades selon la police.

 

 

13h46: Un homme aurait été interpellé et un second serait en fuite. L'individu interpellé serait un élève du lycée. Il a été arrêté lourdement armé. 

13h40: Un seul individu se serait introduit dans l'établissement, a tiré sur le proviseur avant de prendre la fuite.

13h35: Le Rectorat de Nice a annoncé à l'instant que tous les établissements scolaires sont confinés à Grasse.

 

 

13h28: Les forces de l'ordre sont en cours d'intervention et le Raid a été également appelé en renfort.

13h20: Plusieurs témoins sur place ont signalé que l'alerte attentat avait été mise en place. Les autorités conseillent aux élèves et le personnel encadrant de rester à l'abri et de ne surtout pas tenter d'intervenir.

13h15: Il y aurait au moins deux blessés dont le proviseur du lycée. Christian Estrosi, président de la région PACA et de l'agglomération niçoise, s'est rendu sur place.

La France est de nouveau attaquée. Au lendemain des commémorations des attentats perpétrés par l'islamiste Mohammed Merah. L'application alerte attentat a été déclenchée ce jeudi 16 en milieu de journée après qu'une fusillade ait éclatée dans un lycée général et technologique, en périphérie de la ville de Grasse, dans les Alpes-Maritimes.

Il s'agit du lycée Alexis de Tocqueville au 22 Chemin de l'Orme. Plusieurs élèves et membres du personnel auraient été blessés.

Les forces de l'ordre sont actuellement en cours d'intervention. Le Raid serait même en chemin. Un seul tireur se serait introduit dans l'établissement et serait maintenant en fuite selon plusieurs témoins sur place. Les autorités demandent aux lycéens et au personnel encadrant de s'abriter et de ne surtout pas tenter d'intervenir.

Quelques minutes plus tôt, c'est un pli piégé qui a explosé au siège parisien du Fonds monétaire international. Très vite, François Hollande a confirmé qu'il s'agissait d'un attentat.

Un lycée de Grasse (Alpes-Maritimes) et l'antenne parisienne du FMI ont été la cible de deux attaques distinctes ce jeudi.


Commentaires

-