Epidémie de rougeole: Agnès Buzyn pointe la "désinformation" des anti-vaccins

  •  SOUTENEZ L'INDEPENDANCE DE FRANCESOIR, FAITES UN DON !  

Epidémie de rougeole: Agnès Buzyn pointe la "désinformation" des anti-vaccins

Publié le 05/03/2019 à 17:12 - Mise à jour à 17:45
© ERIC FEFERBERG / AFP/Archives
PARTAGER :

Auteur(s): La rédaction de France-Soir

-A +A

La ministre de la santé Agnès Buzyn a pointé du doigt ce mardi 5 le rôle de la "désinformation" des groupes anti-vaccins comme cause de l'épidémie de rougeole particulièrement importante cette année.

C'est l'un des grands chantiers d'Agnès Buzyn depuis sa nomination au ministère de la Santé: la lutte contre la défiance envers les vaccins. Alors que l'Organisation mondiale de la Santé et l'Unicef ont souligné la recrudescence de la rougeole dans le monde et notamment en France, la ministre a pointé ce mardi dans une interview au Parisien la responsabilité des mouvements anti-vaccins.

"La plupart des pays du nord, où il n’y a pas de défiance vis-à-vis du vaccin, ne sont pas touchés par ces épidémies", a-t-elle déclaré. "Il y a encore 20 ou 30 ans, notre taux de vaccination était tout à fait suffisant. Comme beaucoup de pays, la France a subi les campagnes de désinformation et elle y a été visiblement très sensible. L’Organisation mondiale de la santé nous regarde désormais comme une bizarrerie. On est le pays de Pasteur et pourtant on nous considère commue un mauvais élève".

La défiance envers les vaccins va des simples doutes sur leur efficacité à des thèses clairement complotistes selon lesquelles les autorités sauraient que ceux-ci provoquent des maladies mais le cacheraient dans l'intérêt des lobbys pharmaceutiques.

Voir: Scandale de vaccins en Chine - amende record contre un labo

La principale source de méfiance concerne les adjuvants et notamment l'aluminium accusé de provoquer diverses pathologies comme l'autisme, la myofasciite à macrophages ou des maladies inflammatoires. Les autorités sanitaires et la ministre ont ces dernières années martelé qu'aucun lien n'avait été établi entre les vaccins ou leurs adjuvants et de telles pathologies.

Agnès Buzyn rappelle que cette défiance a plutôt reculé ces derniers mois. "Les parents qui ont des nourrissons et qui doivent donc maintenant être obligatoirement immunisés ont pris conscience qu’il n’y avait pas de raison de ne pas le faire avec leurs autres enfants, plus âgés".

Certaines personnalités politiques ou groupes continuent cependant de demander la réalisation de nouvelles études au nom du principe de précaution, tout en défendant la nécessité de la vaccination.

Selon un sondage paru en juillet 2018, 83% des Français étaient alors favorables à la vaccination. Un chiffre qui avait été analysé comme une embellie par rapport à une autre étude datant de 2016 qui affichait 69% seulement. Mais le premier sondage portait sur la "confiance" en la "sûreté" des vaccins, tandis que la seconde orientait davantage ses question sur le concept de la vaccination. Elle montrait ainsi que si les Français sont favorable à la vaccination comme moyen de santé publique, ils sont encore nombreux à douter de son efficacité et de la qualité des produits.

Lire aussi: 

Grippe: le vaccin peu efficace contre le virus le plus virulent

Vaccins: la ministre de la Santé écarte toute nocivité des adjuvants

Malade, elle met en cause les vaccins, les experts ses antécédents psychiatriques

Auteur(s): La rédaction de France-Soir


Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




PARTAGER CET ARTICLE :


"La France a subi les campagnes de désinformation et elle y a été visiblement très sensible", a déclaré Agnès Buzyn sur la vaccination.

Annonces immobilières

Newsletter


Fil d'actualités Politique




Commentaires

-