Moscou activement impliqué dans la campagne présidentielle française selon Washington

Moscou activement impliqué dans la campagne présidentielle française selon Washington

Publié le :

Jeudi 30 Mars 2017 - 12:20

Mise à jour :

Jeudi 30 Mars 2017 - 16:38
©ALEXANDER ZEMLIANICHENKO / POOL / AFP
PARTAGER :

La rédaction de FranceSoir.fr

-A +A

La commission du Renseignement du Sénat américain qui enquête sur l'ingérence de la Russie dans la présidentielle américaine a souligné mercredi que Moscou était également impliqué dans le scrutin français.

Alors que la commission du Renseignement du Sénat américain doit commencer à enquêter sur l'ingérence de la Russie durant la présidentielle américaine ce jeudi 30, Richard Burr, le président de cette commission a prévenu la France mercredi 29 que Moscou était aussi impliqué dans la campagne présidentielle.

"Je pense qu'il est raisonnable de dire, d'après ce que tout le monde estime, que les Russes sont activement impliqués dans les élections françaises" a déclaré le sénateur républicain en conférence de presse. Le vice-président de la commission s'est lui aussi dit "inquiet".

Selon la commission, les Russes pourraient propager des "fake news" (de fausses informations) ou encore s'adonner à du piratage informatique, ce dont s'était déjà plaint l'équipe de campagne du mouvement En Marche! en février dernier.

Avant sa démission du ministère de l'Intérieur, Bruno Le Roux avait considéré que tous les candidats à la présidence sans exception pouvaient être menacés et mercredi 15 février dernier François Hollande demandait au Conseil de défense que des "mesures spécifiques" soient prises en cas de cyberattaques pendant les élections.

Pourtant, lors de la visite de Marine Le Pen au Kremlin, Vladimir Poutine avait réfuté toutes les accusations d'ingérences.

Quant à Richard Burr, il a maintenu ses propos et a expliqué: "les responsables américains ont alerté les pays qui vont avoir des élections de façon imminente", en effet selon lui quatre pays européens sont visés: la France, l'Allemagne, les Pays-Bas et le Monténégro.

Pour la commission, c'est "l'une des plus grosses enquêtes" du Congrès depuis ces vingt dernières années.

Le 15 février dernier, François Hollande a demandé au Conseil de défense que des "mesures spécifiques" soient prises en cas de cyberattaques pendant les élections.


Commentaires

-