L'Etat mis en cause pour non-assistance aux orphelins des djihadistes français

L'Etat mis en cause pour non-assistance aux orphelins des djihadistes français

Publié le :

Mardi 05 Mars 2019 - 11:57

Mise à jour :

Mardi 05 Mars 2019 - 12:05
© Delil SOULEIMAN / AFP/Archives
PARTAGER :

La rédaction de France-Soir

-A +A

Deux grand-mères dont les enfants radicalisés ont été tués en Syrie ont annoncé attaquer l'Etat. Leurs petits-enfants orphelins vivent désormais dans les camps kurdes. Leur avocate met en cause un manquement de la France à son devoir d'assistance.

Alors que l'Etat islamique recule sur le terrain, la question du rapatriement des enfants français emmenés par des parents radicalisés ou nés sur place continue de se poser. A une obligation de l'Etat de venir en aide à ses ressortissants et notamment aux plus vulnérables s'oppose l'idée de les arracher à leurs parents.

Mais deux grand-mères ont décidé de mettre en cause l'Etat français pour des cas où ce point de droit ne peut être invoqué. En effet, leurs petits-enfants de 2 et 5 ans ont perdu leurs parents durant le conflit. Ils ont été recueillis par les forces kurdes et vivent désormais dans un camp de déplacés, tout près de la frontière turque. Une zone instable qui pourrait être le théâtre d'opérations militaires dans un futur proche selon l'avocat des deux femmes à la faveur du retrait des forces américaines de la région et d'un possible offensive kurde.

Voir: La France n'acceptera pas de condamnation à mort de djihadistes français en Irak

A plusieurs reprises, elles ont demandé à la justice ou au ministère des Affaires étrangères d'intervenir pour venir en aide à ces petits Français orphelins du djihad, sans succès. "En s'abstenant d'apporter aux enfants français retenus sur place «une assistance et une protection appropriées», lesquelles viendraient naturellement après rapatriement, l'État méconnaît manifestement les libertés fondamentales" garanties par la Convention relative aux droits de l'enfant adoptée par l'Assemblée générale de l'ONU, selon l'avocate en charge du dossier Maître Samia Maktouf, interrogée par Le Figaro. Elle compte formuler cette semaine un recours devant le tribunal administratif et contre l'État pour rapatrier les deux orphelins retenus en Syrie.

Alors que les critiques sur un éventuel retour des djihadistes français de Syrie ou d'Irak se sont fait entendre, la ministre de la Justice Nicole Belloubet avait assuré fin janvier que le gouvernement avait "la certitude de vouloir prendre en charge les enfants qui sont orphelins". Quelque 70 mineurs se trouveraient actuellement dans les camps kurdes.

Lire aussi:

Syrie: l'offensive anti-EI au ralenti, nouvelles évacuations en perspective

Le djihadiste français Fabien Clain tué en Syrie, son frère Jean-Michel gravement blessé

Le père d'une victime du Bataclan appelle à "fusiller" les djihadistes rapatriés

La france est accusée de ne pas porter assistance aux enfants des djihadistes français.


Commentaires

-