Européennes: gauche et extrême droite dénoncent le clip officiel du gouvernement (vidéo)

Européennes: gauche et extrême droite dénoncent le clip officiel du gouvernement (vidéo)

Publié le :

Vendredi 02 Novembre 2018 - 11:55

Mise à jour :

Vendredi 02 Novembre 2018 - 12:02
©Capture d'écran YouTube
PARTAGER :

La rédaction de France-Soir

-A +A

La gauche et l'extrême droite ont exprimé leur consternation devant le clip produit et diffusé par le gouvernement pour appeler les citoyens à voter aux élections européennes en mai 2019. Les 30 secondes d'images à rythme rapide sur fond sonore angoissant présentent les enjeux de ce scrutin d'une manière jugée manichéenne et très orientée.

Les clips officiels du gouvernement pour rappeler aux citoyens la tenue prochaine d'élections sont souvent insipides. Celui mis en ligne le 26 octobre sur la chaîne YouTube du gouvernement pour les élections européennes de 2019 a réussi le tour de force de rallier contre lui en 30 secondes d'images la gauche et l'extrême droite.

Une demi-minute donc où l'on voit défiler à un rythme rapide et sur une musique de fond digne d'un film catastrophe les images illustrant différents enjeux –certes réels– du scrutin à venir: l'immigration, l'environnement, l'emploi et le fonctionnement européen. Et à chaque fois, l'idée d'un choix couperet avec des slogans de type "maîtriser ou subir?" (pour l'immigration) ou "union ou division?" pour l'Europe.

(voir ci-dessous le clip du gouvernement)

La gauche s'est immédiatement emportée contre un clip jugé "populiste et orienté". Le sénateur PS du Val-d'Oise Rachid Temal a appelé les membres du CSA à faire retirer une vidéo qui "n’est en rien un appel au vote pour les européennes mais un clip de propagande". Le montage de la vidéo rappelle, il est vrai, la dimension particulière que veut donner Emmanuel Macron à ces élections en jouant l'idée d'une confrontation entre "progressistes" et "nationalistes" avec l'idée que seuls deux choix sont possibles, comme le martèlent indirectement les slogans s'affichant lors du clip. Génération.s, le parti de Benoît Hamon, a annoncé lui aussi qu'il veut saisir le CSA, estimant par la voix de son porte-parole Mehdi Ouraoui que la vidéo donnait en outre une image faussée et particulièrement caricatural de l'immigration avec des images de migrants en gilets de sauvetage arrivant en masse aux frontières européennes.

Voir aussi: Ségolène Royal de retour sur la scène politique, direction les Européennes?

Mais l'extrême droite n'a guère goûté non plus au clip, qui met clairement en avant dans des postures "hostiles" le président hongrois Viktor Orban ou le ministre de l'Intérieur italien Mattéo Salvini (à noter qu'aucun autre homme politique européen n'apparaît dans la vidéo). Thierry Mariani, député Les Républicains mais pressenti pour être tête de liste du Rassemblement national, a d'ailleurs réagi: "Comme vous l’avez payé avec vos impôts, sachez apprécier ce clip gouvernemental, pour les élections européennes, qui n’hésite pas à stigmatiser de manière hypocrite et sournoise Salvini et Orbán". Même l'élu italien y est allé de sa réaction: "Le gouvernement français publie, avec l’argent des contribuables, un clip officiel pour les européennes en m’utilisant comme un épouvantail. Macron et ses amis doivent avoir très peur. En 2019, ils attendent un printemps des peuples qui va les balayer". Difficile de savoir si les citoyens seront mobilisés par le clip du gouvernement, mais c'est déjà chose faite pour ses opposants.

Lire aussi:

Marine Le Pen refuse que son père figure sur un liste RN aux Européennes

Mélenchon exhorte les militants LFI à "un référendum anti-Macron" aux européennes

Le clip est jugé particulièrement orienté par ses détracteurs.

Commentaires

-