Européennes - Succès des Verts, naufrage de LR: les sondeurs s'expliquent (vidéo)

Auteur(s)
La rédaction de France-Soir
Publié le 27 mai 2019 - 18:01
Image
Yannick Jadot, tête de liste EELV pour les Européennes, en meeting à Villeurbanne près de Lyon, le 10 avril 2019
Crédits
© JEFF PACHOUD / AFP
Les sondeurs n'avaient pas anticipé l'excellent score d'EELV.
© JEFF PACHOUD / AFP

Les résultats des européennes en France ont révélé quelques surprises: le score élevé d'EELV et le naufrage des Républicains. Les analystes de l'opinion ont leur version pour expliquer ces coups de théâtre. 

Ils sont venus faire leur mea culpa sur les plateaux. Si les instituts de sondages avaient vu relativement juste sur les résultats du Rassemblement national et de la majorité LREM-MoDem, ils sont passés totalement à côtés de deux chiffres surprenant de ces européennes 2019: l’effondrement des Républicains (8,5%) et l’excellent score d’Europe Ecologie - Les Verts qui finissent troisième à 13,5%. Les sondages donnaient juste avant le scrutin le parti de droite autour de 13% et les écologistes à moins de 10%.

Les sondeurs ont donc tenté d’expliquer cette erreur, et notamment Brice Teinturier d’Ipsos qui intervenait sur le plateau de Léa Salamé (revenue à l’antenne après l’élection de son conjoint Raphaël Glucksman) pour expliquer cette erreur.

Le spécialiste de l’opinion a mis en avant le fait que, selon les études réalisées avant le vote, 37% de ceux qui soutenaient La République en Marche annonçait povoir encore changer leur vote au dernier moment en faveur des écologistes ou de Place publique (la liste menée par Raphaël Glucksman). L’excellent score des Verts et le score correct de la liste de gauche s’expliquerait donc par une fuite des voix pro-Macron vers ces deux partis. Mais comment expliquer alors que la liste de la majorité présidentielle ait réalisé un score correct et conforme aux attentes des sondeurs?

(Voir ci-dessous l'intervention de Brice Teinturier sur France Inter)

Là aussi un autre mouvement serait à la manœuvre: LREM a continué son "siphonnage" des Républicains entamé dès 2017. Une partie de la droite française préfère aujourd’hui accorder leur vote à un président qui semble plus proche de ses préoccupations que l’offre politique que représentait François-Xavier Bellamy, qui pouvait paraître comme représentant la frange la plus conservatrice de la droite. Ces électeurs qui se sont détournés de LR pour rejoindre LREM ont donc remplacés ceux qui ont préféré se tourner vers l’écologie pour cette élection. Conclusion: si le score de LREM est finalement proche de celui de 2017, l'électorat, lui, a peut-être bien changé.

Voir aussi:

Les Européennes lancent "l'acte 2" du quinquennat et la recomposition dans l'UE

Européennes: le RN de Le Pen en tête, la liste Macron limite les dégâts