EXCLUSIF- Pour des cirques sans animaux sauvages: 20 organisations en appellent au gouvernement

EXCLUSIF- Pour des cirques sans animaux sauvages: 20 organisations en appellent au gouvernement

Publié le :

Mercredi 21 Novembre 2018 - 15:25

Mise à jour :

Mercredi 21 Novembre 2018 - 16:08
Dans les cirques, les animaux sauvages souffrent. France-Soir publie en exclusivité une proposition pour faire évoluer la réglementation signée par une vingtaine d'organisations et transmise au gouvernement. Leur objectif: en finir avec la contrainte à coups d'aiguillons électriques, les cages bien trop petites ou encore les numéros contre-nature. Mais surtout ouvrir la voie à la fin de la présence des animaux sauvages dans les cirques.
© NICOLAS ASFOURI / AFP
PARTAGER :

Pierre Plottu

-A +A

Il est temps d'agir. Alors que l'opinion publique, notamment grâce au gros travail de médiatisation mené par L214, est désormais largement sensibilisée au bien-être animal, c'est à un autre totem que s'attaquent vingt associations et fondations: la présence d'animaux sauvages dans les cirques.

Les signataires, parmi lesquels la Fondation 30 Millions d'amis, la Fondation Brigitte Bardot, La Fondation Droit Animal, Éthique et Sciences ou encore l'association Code Animal, ont rédigé une proposition commune que dévoile France-Soir en exclusivité. Le texte a été remis en avril dernier à Nicolas Hulot (alors encore ministre de l'Ecologie) qui s'était montré "réceptif", mais aussi très récemment à une conseillère de François de Rugy et à Diane Simiu, conseillère technique écologie d'Emmanuel Macron et membre du cabinet d'Edouard Philippe.

Arrêt de l'utilisation d'aiguillons électriques pour contraindre les animaux, encadrement strict des ventes/transferts d'animaux d'un cirque à un autre, voire même simplement la mise en place de contrôles de conformité des installations: la proposition apparaît tout à fait mesurée. Et se revendique même "pragmatique".

"Cette proposition part d'un double impératif", explique à France-Soir Franck Schrafstetter, président de Code Animal: "prendre en compte la profession circassienne dans cette évolution et prendre acte de l'impossibilité de replacer, par exemple dans des sanctuaires, tous les animaux détenus par des cirques sur le court terme".

Les acteurs de la défense de la cause animale sont nombreux à vouloir porter le sujet sur le devant de la scène. Car les manquements constatés sur le terrain sont nombreux selon les associatifs, mais pas seulement. La très sérieuse Fondation Européenne des Vétérinaires, qui regroupe 200.000 professionnels, a ainsi émis en 2015 une recommandation appelant à "interdire les mammifères sauvages dans les cirques itinérants dans toute l'Europe" et juge la situation actuelle préjudiciable pour les "besoins physiologiques, mentaux et sociaux" de ces animaux.

En outre, encore récemment France-Soir publiait une tribune de l'association One Voice appelant également à des cirques sans animaux et dénonçant les "zones de non-droit" qui se cachent sous les chapiteaux.

Lire- Eléphantes en danger: l'association One Voice s'attaque aux cirques, "zones de non-droit"

Mais rien n'avancera réellement si les pouvoirs publics ne jouent pas leur rôle de législateur. C'est pourquoi les 20 associations et fondations ont saisi Nicolas Hulot et souhaitent désormais être reçues par François de Rugy.

La proposition commune a ainsi déjà été remise à Sophie-Dorothée Duron, conseillère du ministre de l'Ecologie (et spécialiste reconnue) ou encore Diane Simiu, qui a reçu très officiellement Alexandra Morette de Code Animal ce lundi 19 pour aborder le sujet. Les autorités sont donc saisies.

Un premier signal positif a toutefois déjà été envoyé. L'exécutif, qui se dit "à l'écoute", a dit vouloir organiser une concertation entre associations et professions du cirque sur le sujet car "il faut entendre tout le monde". Une commission pilotée par un préfet devrait également être constituée. L'objectif qui a été affiché auprès des associations est d'être en mesure de pouvoir prendre une décision d'ici le printemps prochain, nous confie Franck Schrafstetter.

De bonnes nouvelles. Pour autant, un bon connaisseur du dossier nous confie sa vigilance à propos de cette future commission: tout dépend de qui sera nommé pour la piloter... D'autant que des noms circulent déjà. Des hommes réputés pour ne pas être totalement indépendants du secteur circassien, voire d'être carrément "pro-cirques".

> Lire la "proposition commune pour des cirques sans animaux d'espèces sauvages" (voir en bas d'article la liste des signataires):

> Les signataires:

AAP Primadomus, Animal Justice Droit, Animalter, Animalsace, Animavie, ASPAS, AVES France, CACH, CCE²A, C'est Assez, Code Animal, Convention Vie et Nature, Education Ethique Animale, Ensemble pour les Animaux, Fondation Brigitte Bardot, La Fondation Droit Animal, Ethique et Sciences, Fondation 30 Millions d'Amis, IFAW, Pisteurs, Paris Animaux Zoopolis

Vingt associations et fondation de défense des animaux appellent les autorités à légiférer pour des cirques sans animaux sauvages.


Commentaires

-