Extrême droite: les liaisons dangereuses entre Valeurs actuelles et le régime syrien

Extrême droite: les liaisons dangereuses entre Valeurs actuelles et le régime syrien

Publié le :

Mercredi 07 Août 2019 - 16:37

Mise à jour :

Mercredi 07 Août 2019 - 18:10
© LOUAI BESHARA / AFP/Archives
PARTAGER :

Maxime Macé, avec Pierre Plottu

-A +A

Le voyagiste français Odeia organise en octobre prochain un voyage en Syrie en relation avec le régime criminel de Bachar al-Assad. Un voyage auquel s'associe l'hebdomadaire "Valeurs actuelles".

Lorsque le voyagiste français Clio a annoncé en avril dernier qu'il se lançait dans des voyages à destinations de la Syrie, s'ensuivit une importante polémique obligeant le Quai d'Orsay à prendre position et à déconseiller de se rendre sur place tant le risque était important.

Dans une indifférence quasi-générale, l'hebdomadaire Valeurs actuelles retente l'expérience en association avec le voyagiste Odeia et propose à son tour un voyage dans la Syrie de Bachar al-Assad. Pour une somme plus modique que celle demandée par Clio (2.245 euros contre près de 3.000 euros), le touriste pourra visiter Damas et sa mosquée des Ommeyyades, la citadelle d'Alep, l'imposant Krak des Chevaliers près d'Homs et déambuler dans ce qu'il reste des ruines de la cité millénaire de Palmyre, un temps occupée par l'Etat islamique puis par le régime et son allié russe.

Le tout en compagnie de la journaliste de VA Charlotte d'Ornellas, la nouvelle égérie de la droite ultra-conservatrice. Il faut dire que cette dernière a ses entrées en Syrie notamment grâce à son engagement au sein de l'association proche de l'extrême droite SOS Chrétiens d'Orient. Ce qui lui a d'ailleurs permis d'interviewer Bachar al-Assad en personne pour le site, d'extrême droite toujours, Boulevard Voltaire début 2017.

"Vous partirez dans des conditions de sécurité maximales, Charlotte d'Ornellas et Odeia connaissent bien la Syrie et les instances locales", précise d'ailleurs la réclame pour le voyage que l'on peut trouver dans les pages de Valeurs actuelles.

Et pour cause, Odeia a déjà organisé des voyages en Syrie, notamment avec l'association SOS Chrétiens d'Orient à laquelle ont appartenu des militants de l'extrême droite française, à l'image de Damien Rieu (ex-Génération identitaire et attaché parlementaire du député RN Gilbert Collard), de François-Xavier Gicquel (Jeunesses nationalistes), ou encore de Tristan Mordrelle (nationaliste historique, ancien du GRECE). La complaisance de l'association à l'encontre du régime meurtrier de Damas est régulièrement dénoncée jusque dans les rangs de l'Eglise. C'est d'ailleurs le directeur de SOS Chrétiens d'Orient, Benjamin Blanchard, qui accompagnera le prochain voyage d'Odeia en Syrie qui précédera celui avec Charlotte d'Ornellas.

"Nous attirons votre attention sur le fait que la Syrie reste un pays encore fragile. Les zones visitées sont désormais pacifiées et sont ouvertes à la visite, mais certaines règles sont à respecter", prévient tout de même le voyagiste. Un discours qui tranche avec la vision que le ministère des Affaires étrangères à du pays. Voici ce que l'on peut lire sur la fiche Syrie du site du Quai d'Orsay: "Dans un contexte de conflit armé touchant l’ensemble de son territoire, la Syrie est un pays dans lequel rien ne garantit la sécurité ni le respect des droits fondamentaux des personnes. Les ressortissants français doivent être conscients qu’ils s’exposent, dans ce climat de très forte insécurité, à des risques particulièrement élevés d’attentats terroristes et d’enlèvement à des fins politiques ou crapuleuses. Ils peuvent également faire l’objet d’arrestation et de détention sans que les autorités syriennes ne le signalent à la France. Tout déplacement en Syrie, y compris à Damas et Alep, est donc formellement déconseillé". L'ensemble de la Syrie, à l'exception du plateau du Golan, est placé en "zone rouge".

Le Pentagone vient également de publier une note confirmant que l'Etat islamique reste bien implanté sur le territoire syrien.

L’accès au pays est en outre soumis à des conditions strictes et les ressortissants français ne peuvent pas obtenir de visa aux points d’entrée à la frontière. C'est le voyagiste qui s'occupe de les fournir, comme l'expliquent les conditions du voyage. Comment? tout simplement grâce à ses liens avec les autorités syriennes, indique Odeia.

Plutôt confidentiel bien que prospère le voyagiste est dirigé par un certain William Edel, issu d'une vieille famille de la droite dure. Son oncle est ainsi notamment passé la FEN (Fédération des étudiants nationalistes, proche des frères Sidos, collaborationnistes) et a fricoté avec des membres de l'OAS, organisation terroriste d'extrême droite très active au début des années 1960. Son opposition à l'indépendance de l'Algérie lui a même valu un passage en prison. Le père de William Edel a suivi la même trajectoire, s'engageant par exemple avec les néofascistes d'Occident (ancêtre du GUD).

Des erreurs de jeunesse? Pas tout à fait: bien des années plus tard Edel père fréquente encore Serge de Beketch notamment, fondateur de Radio Courtoisie et ancien dirigeant de Minute. Tandis que l'oncle a également persisté, fondant une ONG réputée "de droite" où se sont retrouvés des nationalistes radicaux et d'anciens défenseurs des phalangistes chrétiens au Liban (l'association est restée toutefois ouverte à d'autres sensibilités). Une histoire familiale en droite ligne avec les activités de l'agence de voyage Odeia.

Des liens avec l'extrême droite également illustrés par la participation de personnalités telles que l'écrivain identitaire Alexandre Del Valle, qui a récemment été du voyage en Sicile pour Odeia. S'y sont tenues des conférence aux thèmes évocateurs: "le complexe occidental" et "les vrais ennemis de l’Occident".

Ces voyages à destination de la Syrie de Bachar al-Assad participent également à la légitimation d'un régime mis au ban des nations pour la violence dont il a fait preuve dans l'écrasement de la révolution syrienne. A l'heure où ces lignes sont écrites, les bombes de l'aviation loyaliste continuent de tomber à Idlib sur des objectifs civils comme des hôpitaux, des marchés ou des quartiers d'habitations.

Voir - Idleb: le régime de Damas bombarde "systématiquement les installations médicales"

Cette même armée loyaliste qui a utilisé à plusieurs reprises des armes chimiques prohibées contre sa population, provoquant ainsi la mort de plusieurs milliers de civils alors que des dizaines de milliers d'autres personnes étaient massacrés par l'utilisation d'armes conventionnelles ou étaient torturées à mort dans les geôles du régime. A Palmyre, que visiteront les participants au voyage d'Odeia, se trouvait notamment l'une des pires prisons syriennes.

Cette proximité avec le régime de Bachar al-Assad ne gêne pas Odeia comme l'expliquait par ailleurs Sophie Magerand responsable de service pour le voyagiste qui soulignait en avril dernier: "Certains diront que c'est scandaleux d'aller dans le régime de Bachar el-Assad. Mais il y en a qui vont à Cuba, aux Etats-Unis, ce n'est pas mieux".

Le retour des touristes en Syrie représente également l'espoir d'une manne financière dans un pays à l'économie exsangue, ravagé par huit ans d'une guerre marquée par l'utilisation régulière de la politique de la terre brûlée, répétée comme un mantra par les partisans du régime: "Assad ou nous brûlons le pays". Ainsi, en 2010, avant le début de la guerre qui a fait plus de 500.000 morts, la Syrie avait accueilli près de deux millions de visiteurs européens. Le secteur touristique avait engrangé plus de trois milliards d'euros de bénéfice.

Voir:

Emmener des touristes en Syrie: l'initiative controversée du voyagiste français Clio

Le voyage d'Odeia auquel s'est associé "Valeurs actuelles" passera par les ruines de Palmyre.


Commentaires

-