Faire passer le déficit public sous la barre des 3%, "impératif" pour la Banque de France

  •  SOUTENEZ L'INDEPENDANCE DE FRANCESOIR, FAITES UN DON !  

Faire passer le déficit public sous la barre des 3%, "impératif" pour la Banque de France

Publié le 20/09/2016 à 12:24 - Mise à jour à 12:25
©Philippe Lopez/AFP
PARTAGER :

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP

-A +A

Pour François Villeroy de Galhau, gouverneur de la Banque de France, Paris ne pourra peser au niveau européen que si elle respecte ses engagements en termes de déficit, soit passer sous la barre des 3% de déficit public en 2017.

Le gouverneur de la Banque de France, François Villeroy de Galhau, a jugé ce mardi 20 "impératif" que la France passe sous la barre des 3% de déficit public en 2017, mettant en garde les candidats à la présidentielle contre toute tentation de revenir sur cet engagement. "Il y a une nécessité impérative, et je veux le dire avec beaucoup de force, c'est que la France descende réellement sous la barre des 3% de déficit en 2017", a déclaré M. Villeroy de Galhau sur Europe 1.

"J'insiste sur le +réellement+, parce qu'il y a tout un débat, et on est en période électorale, c'est normal, sur la crédibilité de ce qui est présenté", a poursuivi le gouverneur, insistant sur la nécessité de mettre en oeuvre des "mesures crédibles" pour tenir cet objectif. "Le +réellement+, ça veut dire aussi qu'on l'applique ensuite", a-t-il insisté: "nous sommes au pied du mur, et c'est au pied du mur qu'on juge le maçon. Il va falloir tenir nos engagements".

Le gouvernement, qui doit présenter ce mardi les "grands équilibres macroéconomiques" sur lequel s'appuiera son projet de budget pour 2017, a promis à ses partenaires européens de ramener le déficit public -- incluant celui de l'Etat, de la Sécurité sociale et des collectivités locales -- à 2,7% du produit intérieur brut (PIB) en 2017, après 3,3% cette année.

Mais plusieurs candidats à l'élection présidentielle, notamment à droite, ont annoncé qu'ils ne respecteraient pas cet engagement, accusant le gouvernement d'avoir dissimulé plusieurs milliards d'euros de dépenses non budgetées et jugeant nécessaire de fortes baisses d'impôts, quitte à creuser dans un premier temps le déficit.

"Tous nos partenaires européens nous attendent là-dessus. Ca fait très longtemps qu'on n'est pas descendu sous les 3%. C'est la condition de notre crédibilité en Europe", a mis en garde François Villeroy de Galhau, jugeant "possible" d'atteindre les 2,7% de déficit promis à Bruxelles. "Le chiffre est possible si nous nous en donnons les moyens. Et se donner les moyens, ça veut dire d'abord réduire les dépenses", a insisté le gouverneur.

La France a déjà obtenu deux délais de deux ans, en 2013 et en 2015, pour repasser en dessous de la barre fatidique des 3%, inscrite dans les traités européens. La Commission européenne, par la voix de son commissaire aux Affaires économiques Pierre Moscovici, a assuré qu'il n'y aurait pas de nouveau délai. En cas de non respect de cet engagement, la France pourrait être soumise à une amende équivalente à 0,2% de son PIB.

 

 

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP


Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




PARTAGER CET ARTICLE :


Pour François Villeroy de Galhau, gouverneur de la Banque de France, Paris ne pourra peser au niveau européen que si elle respecte ses engagements en termes de déficit.

Annonces immobilières

Newsletter


Fil d'actualités Politique




Commentaires

-