Fillon, "en colère", juge la présidentielle "encore gagnable"

  •  SOUTENEZ L'INDEPENDANCE DE FRANCESOIR, FAITES UN DON !  

Fillon, "en colère", juge la présidentielle "encore gagnable"

Publié le 09/02/2017 à 13:59
© Eric FEFERBERG / AFP
PARTAGER :

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP

-A +A

Fragilisé par le PenelopeGate, François Fillon continue malgré tout sa campagne électorale. Le candidat de la droite a encore une fois, ce jeudi matin, mis en garde les Français contre un second tour Macron-Le Pen.

François Fillon, "homme en colère" depuis qu'il est pris dans la tourmente des emplois supposés fictifs de son épouse, dénonce "une manœuvre judiciaire", tout en estimant la présidentielle "encore gagnable", devant plusieurs éditorialistes de la presse écrite.

"Avoir 90% des médias contre vous, c’est inouï", a affirmé le candidat de la droite se présentant comme "un homme en colère", devant des journalistes, notamment du Monde, du Figaro et du Point.

A propos de l'affaire qui l'atteint, l'ex-Premier ministre parle d'une "crise de régime d'une extrême gravité". "Le système se délite", "tout était prêt pour attaquer Nicolas Sarkozy. Il n’est pas candidat, c’est donc moi", estime-t-il.

Il réaffirme que le Parquet national financier, qui s'est saisi de l'affaire au lendemain de la première une du Canard enchaîné sur les emplois supposés fictifs de sa femme, avait "bafoué le principe de la séparation des pouvoirs". Tout "était légal", a-t-il réaffirmé.

M. Fillon juge que les électeurs qui lui sont fidèles "n’ont pas envie de (Emmanuel) Macron et n’admettent pas que la droite, idéologiquement majoritaire dans le pays, puisse être battue par le Front national pour des raisons politico-judiciaires".

Selon lui, la présidentielle "est encore gagnable" parce qu’"elle se joue dans les quinze derniers jours", au mois d'avril, et que les critères seront "la solidité et la stature".

Le candidat de la droite s'en prend particulièrement à Emmanuel Macron, qui le devance désormais dans les sondages et est donné finaliste derrière Marine Le Pen.

"Macron? Personne ne lui demande le nom de ses clients. A côté de lui, je suis un petit besogneux (...) Je donnerai la liste de mes clients si Macron donne la sienne", affirme le fondateur de la société 2F Conseil. "Macron aura des problèmes, il a manié trop d'argent".

Il indique également s'être entretenu avec Nicolas Sarkozy et Alain Juppé. "Sarkozy m’a soutenu parce qu’il a vu qu’il n’y avait pas d’autres solutions. Juppé a été très clair: il n’avait pas envie de repasser dans la lessiveuse", a-il affirmé.

Quant à François Bayrou, le président du MoDem qui l'a accusé d'être "sous l’influence des puissances de l’argent", "il ne m’a même pas téléphoné", regrette-t-il.

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP


Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




PARTAGER CET ARTICLE :


François Fillon a sous-entendu ce jeudi matin un complot contre le candidat de la droite, préparé depuis longtemps. "Tout était prêt pour attaquer Nicolas Sarkozy. Il n’est pas candidat, c’est donc moi".

Annonces immobilières

Newsletter


Fil d'actualités Politique




Commentaires

-