Finkielkraut défendu par Marine Le Pen: le RN en a-t-il fini avec l'antisémitisme?

  •  SOUTENEZ L'INDEPENDANCE DE FRANCESOIR, FAITES UN DON !  

Finkielkraut défendu par Marine Le Pen: le RN en a-t-il fini avec l'antisémitisme?

Publié le 19/02/2019 à 19:59 - Mise à jour à 20:07
© Lucas BARIOULET / AFP/Archives
PARTAGER :

Auteur(s): Pierre Plottu

-A +A

Marine Le Pen et le Rassemblement national ont rejoint le chœur des condamnations suite à l'agression dont a été victime Alain Finkielkraut en marge d'une manifestation de Gilets jaunes, samedi 16 à Paris. Un paradoxe pour le parti fondé par d'anciens SS ou miliciens? Non, une continuité qui confirme le virage idéologique initié par Marine Le Pen.

Même renommé, le "Rassemblement national" (RN, ex-FN) reste un parti fondé par des anciens de la SS ou de l'OAS, des collaborateurs, des miliciens. Un parti dont le président et fondateur, Jean-Marie Le Pen, est un récidiviste de la haine raciale et de la négation de la Shoah, qui cumulait antisémitisme et islamophobie. Il eut été impensable de voir le "Menhir" défendre Alain Finkielkraut, fût-il pris à partie dans les rues de Paris par des énergumènes à la barbe teinte au henné.

"L’agression d’Alain Finkielkraut aujourd’hui est un acte détestable et choquant", a pourtant réagi Marine Le Pen dès samedi 16, au soir des faits, y voyant la preuve de "la tentative d’infiltration du mouvement des Gilets jaunes par l’extrême-gauche antisémite". Des éléments de langage repris, parfois dans une version élargie, par ses troupes.

"Ces insultes à Finkielkraut sont absolument minables. Quelle bande de cons!", a même osé son compagnon, le député des Pyrénées-Orientales Louis Aliot. Puis d'ajouter: "J’attends de voir qui sont ces haineux....". Car la dénonciation des "islamo-gauchistes" est immédiatement venue sur la table.

Lire: Condamnations des insultes à Finkielkraut avant des rassemblements contre l'antisémitisme

"Jaune à l’extérieur, mais rouge et vert à l’intérieur: ne laissons pas ces racailles ISLAMO-GAUCHISTES (sic) pourrir le mouvement des Gilets Jaunes!", a ainsi embrayé la tête de liste RN aux européennes Jordan Bardella, tandis que le "monsieur communication" de la campagne  Philippe Vardon dénonçait un "bel exemple de racaille islamo-gauchiste".

L'exemple de Philipe Vardon, ex-skinhead et militant identitaire connu pour ses méthodes musclées, est révélateur. Sur Internet circule par exemple une vidéo tournée pendant sa jeunesse et où on le voit scander sur la scène d'un concert de naziskin une chanson explicite: "Nous sommes la Zyklon Army, l'armée des skinheads" du groupe "Evil Skins". Un passif qui lui a valu de se voir refuser son adhésion au RBM, satellite du FN, en 2013.

Mais le même Philippe Vardon est donc désormais bienvenu au RN, où de hautes responsabilités lui ont été confiées. Se sachant dans la lumière, l'ex-négationniste a embrayé sur la ligne de la présidente du parti et condamné lui aussi l'agression d'Alain Finkielkraut: "à vomir", écrit-il.

Car de l'antisémitisme et de l'islamophobie du FN, le RN n'a gardé que la dernière. Une mue initiée par Bruno Mégret dès le début des années 2000, puis amplifiée avec l'arrivée de Marine Le Pen à la tête du parti en 2011. Louis Aliot ne s'est-il pas lui-même rendu en Israël quelques mois plus tard? Et s'il y a certes eu entre temps le tapis rouge déroulé à Alain Soral (par Jean-Marie Le Pen) pour tenter de rallier des troupes issues de la "diversité" et battre en brèche les accusations de racisme, l'expérience a toutefois tourné court.

Nationaliste, le parti a continué à surfer sur la crainte de la mondialisation et d'un supposé "grand remplacement" tout en expurgeant celui-ci de la notion de complot juif. Surtout, le FN, puis le RN, ont surjouant le "nous", la société française supposément fracturée, contre "eux", les populations d'origines arabo-musulmanes présentées comme une entité solidaire et homogène socialement.

Le parti frontiste s'est ainsi érigé en seul garant de l'identité française et de l'unité de la Nation face au monde musulman supposé hostile. Un discours qui porte dans un pays où plus de quatre personnes sur 10 (sondage Ifop, février 2018) estiment que l'islam est incompatible avec les valeurs de la République (56% en 2016).

Ce qui explique par exemple les déclarations bienveillantes de Marine Le Pen à propos des actions antimigrants de Génération identitaire. Tandis que, à l'inverse, la présidente du Rassemblement national a ce mardi soir rendu "hommage aux victimes de l'antisémitisme" et exprimé sa "solidarité avec tous nos compatriotes juifs" en déposant une gerbe devant la plaque commémorant l'assassinat d'Ilan Halimi, assassiné et torturé parce que Juif. L'année dernière déjà, le parti avait honoré la mémoire de Mireille Knoll à grand bruit et s'était invité à la marche blanche en la mémoire de l'octogénaire.

Ce qui n'empêche pas le parti et Marine Le Pen de continuer à cultiver des relations avec des antisémites notoires. A l'image des prestataires du RN, et proches amis de sa présidente, Frédéric Chatillon et Axel Loustau. Ces ex-gudards avaient même récupéré la cause palestinienne pour mieux s'en prendre à Israël, et donc aux Juifs, comme le rappelle le journaliste du Monde Abel Mestre.

Mais si l'antisémitisme radical n'a plus droit de cité au RN, il n'en reste pas moins un marqueur fort de l'extrême droite. Au sein de la galaxie radicale en ligne (dite "fachosphère") ou des groupuscules violents, qui tentent de gagner en influence en infiltrant le mouvement des Gilets jaunes, la haine du Juif, mêlant négationnisme et complotisme, est toujours d'actualité.

Lire aussi:

La France secouée par l'antisémitisme, Macron promet d'agir et de "punir"

Antisémitisme: une élue LR appelle à "mettre au pas les musulmans"

Antisémitisme: LFI va signer l'appel, le RN soutient "toutes initiatives"

Auteur(s): Pierre Plottu


Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




PARTAGER CET ARTICLE :


Marine Le Pen a donné une ligne politique bien plus islamophobe qu'antisémite au FN, devenu RN.

Annonces immobilières

Newsletter


Fil d'actualités Politique




Commentaires

-