Flash-ball: le ministère de l'Intérieur refuse un moratoire

Auteur(s)
RT
Publié le 22 juillet 2015 - 14:20
Image
Un Flash-Ball tenu par un policier.
Crédits
©Riclafe/Sipa
©Riclafe/Sipa
Ce mercredi, le ministère de l'Intérieur s'est dit opposé à un moratoire contre l'usage des armes de force intermédiaire comme le Flash-Ball. La mesure avait été réclamée par Jacques Toubon, le Défenseur des Droits, au vu de la "gravité des lésions" que ces objets de maintien de l'ordre peuvent poser.

Alors que le Défenseur des Droits a annoncé mardi 21 avoir recommandé un moratoire contre l’usage des armes de force intermédiaire comme le Flash-Ball, au vu de la "gravité des lésions" qu'elles peuvent causer, le ministère de l’Intérieur s’est prononcé contre ce moratoire, ce mercredi. "Un moratoire sur les armes intermédiaires serait contre-productif et pourrait avoir des conséquences dangereuses: nous ne pouvons pas (...) nous permettre de désarmer nos forces de l'ordre", a ainsi déclaré le porte-parole du ministère, Pierre-Henry Brandet, cité par Ouest France. Car selon lui, les armes de force intermédiaire permettent d’assurer la protection des policiers et gendarmes tout en limitant le recours des armes à feu.

Néanmoins, "le ministre de l'Intérieur a pris acte de la recommandation du Défenseur des Droits du 16 juillet 2015, concernant l'usage du Flash-Ball lors des manifestations. Ses services l'étudient et y répondront dans le délai légal de deux mois", a déclaré Pierre-Henry Brandet, ajoutant:"le cas échéant, des adaptations de la doctrine d'emploi des armes de force intermédiaire seront adoptées"

Mardi, Jacques Toubon, le Défenseur des Droits, a annoncé avoir recommandé l’interdiction du Flash-Ball lors des manifestations publiques et demandé un moratoire général sur son usage en général.

Car entre 2013 et 2014, Jacques Toubon a été saisi de pas moins de 7 dossiers faisant état de "blessures graves ou infirmité permanente qui seraient causées par un tir de lanceur de balles de défense". Et la semaine dernière, il a été saisi d’un nouveau cas qui a fait grand bruit: celui d’un adolescent de 14 ans qui, alors qu’il s’amusait avec des pétards dans un parc d’Argenteuil, dans le Val-d’Oise, dans la nuit du 13 au 14 juillet, a été gravement blessé par un tir de Flash-Ball par la police, au niveau des testicules. En parallèle, le parquet de Pontoise a confié les investigations à l'IGPN afin d’identifier les agents responsables. 

La police des police s'était d'ailleurs elle-même prononcée en mai en défaveur du Flash-Ball, jugeant l'arme trop "obsolète" et imprécise.  

 

 

À LIRE AUSSI

Image
Un Flash-Ball tenu par un policier.
Flash-Ball: un an avec sursis pour le policier qui avait blessé un lycéen
Le policier qui avait gravement blessé à l'œil un lycéen avec un tir de Flash-Ball a été condamné ce jeudi à un an de prison avec sursis. Il avait agi alors que la vic...
02 avril 2015 - 19:27
Société
Image
Flash-ball-CRS
La police des polices recommande l'abandon du flash-ball pour les forces de l'ordre
L'Inspection générale de la police nationale (IGPN) préconise la fin du flash-ball pour les forces de l'ordre. Cette arme, en principe plus "sûre" que les traditionnel...
21 mai 2015 - 21:21
Politique
Image
Flash-ball-CRS
La police des polices recommande l'abandon du flash-ball pour les forces de l'ordre
L'Inspection générale de la police nationale (IGPN) préconise la fin du flash-ball pour les forces de l'ordre. Cette arme, en principe plus "sûre" que les traditionnel...
21 mai 2015 - 21:21
Politique

Dessin de la semaine

Soutenez l'indépendance deLogo FranceSoir

Faites un don

Nous n'avons pas pu confirmer votre inscription.
Votre inscription à la Newsletter hebdomadaire de FranceSoir est confirmée.

La newsletter FranceSoir

En vous inscrivant, vous autorisez FranceSoir à vous contacter par e-mail.