FN: Marine Le Pen refuse la démission de Bruno Gollnisch dans "un soucis d'apaisement"

  •  SOUTENEZ L'INDEPENDANCE DE FRANCESOIR, FAITES UN DON !  

FN: Marine Le Pen refuse la démission de Bruno Gollnisch dans "un soucis d'apaisement"

Publié le 12/05/2016 à 11:10 - Mise à jour à 11:11
©Frederik Florin/AFP
PARTAGER :

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP

-A +A

La démission de Bruno Gollnisch du Bureau politique du Front national a été réfusée par la présidente du parti, Marine Le Pen, afin de jouer l'apaisement. En revanche, elle a convoqué Marie-Christine Arnautu devant les instances disciplinaires du parti d'extrême-droite.

Marine Le Pen a "refusé" dans un "souci d'apaisement" la "démission" du bureau politique (BP) du FN que lui a proposée Bruno Gollnisch à la suite de sa participation au 1er mai de Jean-Marie Le Pen, a-t-on appris ce jeudi 12 par deux communiqués successifs de la présidente du FN et de l'eurodéputé.

"Conformément au souhait exprimé par le bureau politique le 2 mai, Bruno Gollnisch a remis ce jour à Marine Le Pen sa démission du BP. Dans un souci d'apaisement celle-ci l'a refusée", indique la présidente du FN dans un communiqué.

"Marine Le Pen rappelle que si le combat pour la France nécessite l'union de tous les patriotes de bonne volonté, ce combat ne peut néanmoins être efficace et gagnant que dans le respect de la discipline, condition sine qua non de l'appartenance à un mouvement politique et particulièrement à ses instances dirigeantes", souligne-t-elle.

Son ancien rival pour la tête du parti en 2011 précise dans un communiqué parvenu peu après qu'à "la suite de la divergence d'interprétation au sujet de ma participation aux cérémonies du 1er mai et dans un souci de conciliation qui a toujours été ma ligne de conduite à l'intérieur de mon mouvement, j'ai présenté ma démission du bureau politique du Front national à la présidente Marine Le Pen, qui l'a refusée".

"Je considère donc que l'incident est clos en ce qui me concerne. Quant aux questions politiques que j'ai formulées précédemment, je les évoquerai dans le cadre de cette instance", ajoute cet eurodéputé qui n'est pas membre du groupe frontiste au Parlement européen, ayant préféré siéger avec Jean-Marie Le Pen.

Mme Le Pen indique en revanche dans son communiqué que Marie-Christine Arnautu, membre du bureau exécutif (BE) du parti, la plus haute instance frontiste, "sera convoquée incessamment devant les instances disciplinaires" car elle a "refusé de se soumettre à la motion du bureau politique du Front national" qui lui demandait de quitter le BE, "gouvernement resserré du mouvement".

M. Gollnisch et Mme Arnautu s'étaient vus reprocher le 2 mai par le BP, via une motion, leur participation au rassemblement pour Jeanne d'Arc organisé par Jean-Marie Le Pen place des Pyramides à Paris.

Les deux avaient indiqué s'y être rendus par "fidélité" à M. Le Pen mais avaient aussi manifesté leur volonté d'assister au dépôt de gerbe par Marine Le Pen devant une statue de Jeanne d'Arc puis au banquet républicain organisé par le Front national porte de la Villette à Paris, ce que la direction du parti avait refusé.

La motion du BP du parti, adoptée à une large majorité, justifiait la demande de démission des instances du parti par "le caractère inacceptable de la participation de membres du BP du FN à une manifestation politique réunissant un grand nombre d'organisations et de personnalités violemment hostiles au FN et au cours de laquelle des critiques virulentes ont été formulées à l'égard du FN, de sa ligne politique et de sa présidente."

Plusieurs responsables locaux, présents au rassemblement de J-M Le Pen, ont en outre déjà été écartés.

 

 

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP


Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




PARTAGER CET ARTICLE :


Marine Le Pen a "refusé" dans un "souci d'apaisement" la "démission" du bureau politique (BP) du FN que lui a proposée Bruno Gollnisch.

Annonces immobilières

Newsletter


Fil d'actualités Politique




Commentaires

-