François Bayrou sur les migrants: "Pau est une des villes qui fait le plus"

François Bayrou sur les migrants: "Pau est une des villes qui fait le plus"

Publié le :

Lundi 07 Septembre 2015 - 08:39

Mise à jour :

Lundi 07 Septembre 2015 - 09:06
François Bayrou était ce lundi matin l'invité d’Europe1. Le maire de Pau a évoqué des sujets tels que l'accueil des réfugiés dans sa ville et en Europe, l'Etat islamique en Syrie ou encore l'élection présidentielle de 2017.
©Witt/Sipa
PARTAGER :
-A +A

 

La ville de Pau est-elle prête à accueillir des réfugiés ?

"C’est une des villes qui a fait le plus en termes d’accueil. Le jour de la rentrée, j’ai rencontré des classes d’enfants non francophones, il y a des structures, des logements qui s’occupent de cet accueil".

"On ne doit pas, on ne pas faire autrement qu’accepter de nouveaux réfugiés".

"L’intégration ne marche que s’il y a un équilibre dans la population, il ne faut pas des ghettos, c’est la clef".

"Mais je ne crois pas que la question des réfugiés se résume à l’accueil dans nos pays".

 

Les Français sont divisés, certains disent qu’il y a trop de chômage pour accueillir tout le monde, il faut vaincre ces réticences ?

"Nous avons des devoirs, des engagements que nous avons pris".

"La voie nécessaire aujourd’hui: aménager et protéger des refuges dans les pays d’où les réfugiés viennent. C'est-à-dire des zones protégées par l’autorité internationale de manière qu’ils puissent trouver un refuge proche de chez eux".

 

Bernard Cazeneuve invite tous les maires à une réunion samedi sur ce thème, vous irez ?

"Oui bien sûr".

 

L’Allemagne continue à accueillir des réfugiés. C’est un modèle, selon vous, même si on entend de plus en plus dire que son attitude est provisoire ?

"Les réfugiés eux-mêmes rêvent de revenir chez eux quand ils partent pour cause de guerre. Angela Merkel se comporte comme un homme, une femme d’Etat doit se comporter".

"A Calais, on voit bien que ce n’est pas en France qu’ils veulent venir mais en Grande-Bretagne".

"La présentation qui cherche à faire croire que nous sommes devant une menace d’invasion n’est pas juste".

 

Ce week-end on a entendu le pape, le grand rabbin de France qui appelle à la solidarité envers les réfugiés, pourquoi pas un message de la part d’un représentant de confession musulmane ?

"Je suis sûre que les Français de confession musulmane pensent la même chose que les autres".

 

Lors de sa conférence de presse ce lundi, François Hollande devrait annoncer que nos Rafales se joindront à la collation contre l’Etat islamique en Syrie, qu’en pensez-vous ?

"J’approuve toute action de la France contre ces barbares".

"Je pense qu’on peut trouver une entente nationale contre ce sujet. Je ne crois pas que les raids aériens vont régler la question de Daech".

 

Il faut aller au sol ?

"Pas seuls, cela ne peut être qu’une mobilisation des grandes puissances de la région".

 

Un sondage met Alain Juppé et Nicolas Sarkozy au coude-à-coude lors de la primaire des Républicains. Si Sarkozy gagne, vous vous présenterez en 2017 ?  

"Alain Juppé est le mieux placé parmi les réformistes (...) Il est celui qui a les chances".  

"Je redoute la primaire, je ne pense pas qu’il peut y avoir des tricheries mais cela risque, comme aux Etats-Unis, d’être un moyen de mobiliser les plus radicaux".

"Si Nicolas Sarkozy gagne la primaire et qu’il est sélectionné par son camps pour 2017, je reviendrais vous voir et je vous dirai".

 

Il faut faire battre François Hollande ou Nicolas Sarkozy ?

"Si la prochaine élection présidentielle ne sert qu’à remettre en place ceux qui étaient auparavant au pouvoir, si c’est seulement un coup de balancier qui va d’un coup au PS d’un coup aux Républicains, elle n’aura pas rempli ses objectifs".

"Elle doit avoir comme objectif d’obtenir une alternance et une rupture avec l’impuissance que nous vivons depuis 15 ou 20 ans qui fait que la France est dans sa situation actuelle".

 

Si Sarkozy est là vous serez donc encore candidat à la présidentielle?

"Je ne répondrai pas par oui ou par non car vous voulez me faire dire des choses que je ne veux pas dire. Votre présentation est fausse: aujourd’hui je ne suis pas dans cette situation". 

 

François Bayrou refuse de dire s'il sera candidat ou non en 2017.


Commentaires

-