François Fillon acte définitivement son recul sur l'assurance maladie, et promet le maintien de la prise en charge

  •  SOUTENEZ L'INDEPENDANCE DE FRANCESOIR, FAITES UN DON !  

François Fillon acte définitivement son recul sur l'assurance maladie, et promet le maintien de la prise en charge

Publié le 21/02/2017 à 11:42 - Mise à jour à 12:03
© Philippe HUGUEN / AFP
PARTAGER :

Auteur(s): DD.

-A +A

Après la polémique sur son programme en matière d'assurance maladie, François Fillon a annoncé ce mardi qu'il ne veut finalement pas revenir sur le niveau de couverture. Son projet de faire prendre en charge les risques les moins graves uniquement par les mutuelles avait déclenché la polémique, y compris à droite.

Officiellement, il s'agit d'un approfondissement du travail pour proposer un projet pour la santé "rebâti, enrichi, amélioré" assure François Fillon. Dans les faits, cela s'apparente plutôt à ce que l'on appelle en politique un "rétropédalage".

Le candidat de Les Républicains qui dévoile ce mardi 21 son projet sur la question de la santé au cours d'un "grand oral" organisé par la Mutualité française au palais Brogniart à Paris vient d'annoncer que "le niveau de prise en charge des dépenses" par l'assurance maladie "ne diminuera pas" dans un entretien au quotidien Le Parisien.

Or, dans les premières versions de son programme, François Fillon avait laisser entendre un son de cloche bien différent. Au début du mois de décembre en effet, ses propositions –que le quotidien Les Echos qualifiait de "ligne dure"– prévoyait le financement du risque léger uniquement par les complémentaires santé, pour réduire les dépenses de l'assurance maladie. Les détracteurs avaient hurlé contre ce qu'il voyaient comme une "privatisation" de la Sécurité sociale. Une approche un peu hâtive, mais la ministre de la Santé elle-même avait emboîté le pas à la polémique.

Mais si François Fillon a fait machine arrière, c'est surtout pour rassurer… dans son propre camp, où sa position était très loin de déclencher l'enthousiasme. Le 11 janvier dernier, le candidat admettait d'ailleurs n'avoir "pas été bon" ni "clair" sur la question, une semaine après un sondage Elabe qui indiquait que 77% des sympathisants de droite (et même 72% des sympathisants LR) souhaitaient que le vainqueur de la primaire de la droite modifie son programme.

Et tout cela s'est déroulé avant les révélations le 25 janvier par Le Canard enchaîné des emplois présumés fictifs de Penelope Fillon, qui n'ont pas arrangé la popularité du candidat qui se voyait relégué à la troisième place.

Le nouveau projet –définitif en principe– de François Fillon botte donc en touche, quand il ne s'apparente pas à une reculade. En apparence, le candidat annonce toujours vouloir "assurer le retour à l'équilibre de l'assurance maladie" (officiellement déjà équilibré) soit "20 milliards d'économie sur le quinquennat". Il a cependant promis une prise en charge à 100% des lunettes pour enfants "dès 2017" ainsi qu'"une consultation de prévention longue et gratuite tous les deux ans, pour tous les Français", le "remboursement des téléconsultations" ou encore une augmentation des "aides à l'acquisition d'une complémentaire santé" pour les retraités "les plus modestes".

Auteur(s): DD.


Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




PARTAGER CET ARTICLE :


François Fillon promet malgré tout 20 milliards d'économies sur le quinquennat.

Annonces immobilières

Newsletter


Fil d'actualités Politique




Commentaires

-