François Fillon veut que les mineurs de 16 ans soient pénalement responsables, Jean-Jacques Urvoas lui répond que c'est déjà le cas

François Fillon veut que les mineurs de 16 ans soient pénalement responsables, Jean-Jacques Urvoas lui répond que c'est déjà le cas

Publié le :

Jeudi 16 Février 2017 - 17:03

Mise à jour :

Jeudi 16 Février 2017 - 17:33
© FRANCOIS NASCIMBENI / AFP
PARTAGER :
-A +A

En meeting à Compiègne (Oise) mercredi, François Fillon a axé son discours sur la sécurité. Il a annoncé vouloir que les mineurs de 16 ans soient pénalement responsables. Jean-Jacques Urvoas, ministre de la Justice, précise que c'est déjà le cas aujourd'hui.

En plein PenelopeGate, François Fillon s'est rendu à Compiègne, dans l'Oise, mercredi 15 après avoir déjeuné avec Nicolas Sarkozy. Il y a tenu un meeting, le seul prévu cette semaine pour le candidat des Républicains.

Accompagné d'Eric Woerth, son conseiller politique mais aussi député de l'Oise, et de Xavier Bertrand, président des Hauts-de-France, il s'est adressé à un public conquis. Devant 4.500 personnes, il a prononcé un discours axé sur la sécurité.

Accueilli avec enthousiasme par la foule, il a énoncé une nouvelle proposition qu'a défendu Nicolas Sarkozy lors de la primaire à droite: l'abaissement de la majorité pénale à 16 ans. "J'ai très longtemps hésité sur cette mesure, mais elle est aujourd'hui indispensable compte tenu de la montée de la violence des mineurs. (...) Il n'y aura plus d'excuse de minorité pour le délinquant de 16 ou 17 ans qui commettra un délit ou un crime" a-t-il expliqué. Pendant son discours musclé, il s'est insurgé contre "les excités en cagoule qui caillassent les pompiers", en référence aux tensions et débordements qui ont lieu suite à l'affaire Théo.

L'immigration a aussi été évoquée, François Fillon a estimé que les étrangers devaient "faire l'effort d'intégrer la France avec ses lois, sa langue et ses mœurs" et non l'inverse. Il a aussi attaqué Emmanuel Macron, nouveau favori des sondages, en dénonçant la "gauche du marketing et des paillettes".

Ce jeudi 16, à l'Assemblée, le ministre de la Justice Jean-Jacques Urvoas a terminé son allocution par une petite réflexion à l'endroit de François Fillon: "on continue aujourd'hui à beaucoup parler du pénal parce que c'est ce qui simplifie l'éclat, ce qui facilite le bruit au détriment de l'efficacité. (...) Et, déjà aujourd'hui nous le savons tous, en l'état du droit un mineur de 17 ans peut être condamné à perpétuité. Cela a été le cas en 2013 et déjà en l'état du droit les mineurs de 16 ans sont pénalement responsables".

En effet, même si les mineurs sont jugés dans des tribunaux spécifiques, ils sont soumis aux mêmes lois que les personnes majeures. "Il y a déjà des mineurs en prison" renchérissait Laurence Rossignol, ministre de la Famille, en faisant référence au meurtre d'Agnès Marin dont l'assassin, mineur au moment des faits, a été condamné à la réclusion criminelle à perpétuité en 2014.

François Fillon a parlé sécurité lors de son meeting à Compiègne.

Commentaires

-