François Fillon veut relancer l'emploi des jeunes et dénonce "l'escroquerie" de la réforme du collège

  •  SOUTENEZ L'INDEPENDANCE DE FRANCESOIR, FAITES UN DON !  

François Fillon veut relancer l'emploi des jeunes et dénonce "l'escroquerie" de la réforme du collège

Publié le 20/05/2015 à 08:51 - Mise à jour à 08:59
©Eric Gaillard/Reuters
PARTAGER :

Auteur(s): Pierre Plottu

-A +A

François Fillon était l'invité de France Inter, ce mercredi matin. L'ancien Premier ministre est notamment revenu sur la réforme du collège, un "fatras pseudo-égalitaire", selon lui. Mais aussi sur ses propres propositions pour l'école de la République qui est "en danger".

Le décret sur la réforme du collège publié au Journal officiel

"Je pense que c'est une mauvaise réforme, sur deux aspects. Tout d'abord les programmes, qui ont été bâclés et qui servent à dissimuler plusieurs milliers de suppressions de postes. Tout cela est dissimulé derrière un fatras pseudo-égalitaire".

"Sur la réforme du collège, plus d'autonomie c'est une bonne idée. J'ai proposé d'aller plus loin et d'avoir une direction d'établissement autonome avec la capacité de choisir les équipes pédagogiques et avec un pouvoir hiérarchique pour pouvoir organiser".

"Ce qui ne fonctionne pas c'est la suppression des classes bilangues, qui étaient emblématiques, je ne dis pas ça parce que c'est moi qui les ai créées. Le gouvernement veut apprendre l'allemand, comme le latin et le grec, à tout le monde. C'est juste une escroquerie: il n'y a pas de professeurs".

"Il y a beaucoup d'improvisation dans cette réforme, une volonté de marquer et au fond beaucoup de désordre".

"J'ai été le premier à dire qu'il fallait suspendre cette réforme. L'école de la République est en danger, mais pas seulement à cause de la réforme de madame Vallaud-Belkacem. Elle est en danger car elle refuse de s'adapter. On change complètement d'époque avec le diplôme qui n'aura plus cours et où la qualification et la certification compteront, il faudra apprendre toute la vie".

"Comment on fait face à l'échec du système scolaire? C'est un système qui trie et qui laisse de côté chaque année un nombre d'élèves plus important".

 

Appelez-vous à manifester contre cette réforme?

"Il y a un passage en force, il faut que la communauté éducative trouve le moyen de réagir. Pour ma part je n'appelle jamais à des manifestations, ni sur le mariage ni sur la réforme de l'école, parce que je considère que le rôle des politiques est de se battre au Parlement, pas d'aller manifester".

 

Vous proposez de supprimer les emplois aidés

"L'alternance peut devenir une voie royale d'accès à l'emploi. C'est un moyen de sortir du culte du diplôme pour passer à une formation pour un part en entreprise pour une part dans des établissements d'enseignement professionnel. Par exemple un soudeur ce n'est pas parce qu'il aura eu une mauvaise note en soudure compensée par une bonne note dans une autre matière qu'il va être compétent dans son métier".

"L'Education nationale ne doit plus avoir la tutelle de l'enseignement professionnel. Les lycées et les IUT doivent être gérés par la région et être obligés de travailler avec les branches professionnelles et les partenaires sociaux".

"Je propose également de casser la coupure entre école et entreprise. L'alternance doit être plus souple, l'élève doit passer plus de temps en entreprise où une partie de la formation générale doit se faire".

"Il faut mettre en place des filières de préapprentissage au collège".

 

Auteur(s): Pierre Plottu


Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




PARTAGER CET ARTICLE :


"Le rôle des politiques est de se battre au Parlement, pas d'aller manifester", contre cette réforme a estimé François Fillon.

Annonces immobilières

Newsletter


Fil d'actualités Politique




Commentaires

-