François Rebsamen: "je pars sur une baisse du chômage"

François Rebsamen: "je pars sur une baisse du chômage"

Publié le 27/08/2015 à 08:29 - Mise à jour à 08:34
©Clément Bucco-Lechat/Wikimedia Commons
PARTAGER :

Auteur(s): AZ

-A +A

François Rebsamen était l’invité de France Info ce jeudi matin. Au lendemain de la publication des chiffres du chômage du mois de juillet, le ministre du Travail a commenté pour la dernière fois de son mandat les résultats et s’est exprimé au sujet de son départ prochain du gouvernement.

1.900 chômeurs en moins en juillet en catégorie A

"J’avais annoncé que l’année 2015 serait meilleure que l’année 2014. Le deuxième trimestre en France a vu la création de 27.000 emplois. C’est un mouvement important. Cela ne s’était pas produit depuis 2011. Notre économie recrée de l’emploi. Il faut que cela continue".

"On assiste à cette stabilisation. Si l’économie continue de se développer comme elle l’a fait au premier semestre, on verra la décrue s’amorcer. Les indicateurs aujourd’hui sont au vert pour notre économie".

"Le pacte de responsabilité a été confirmé par le Premier ministre. Il va y avoir des baisses d’impôts en septembre pour soutenir la consommation".

"Je pars sur une baisse du chômage".

 

Son départ du gouvernement

"J’ai remis ma démission au président de la République. Il m’a demandé de préparer les dossiers pour les transmettre à mon successeur ou à la personne qui va me succéder. C’est ce que je fais".

"Il y a un délai d’un mois habituel quand on est nommé ministre et quand on est député. J’ai été réélu maire de Dijon le 10 août donc le 9 septembre, ça me semble un délai raisonnable".

 

Un ministère difficile

"Il y a  un travail qui a été fait et qui va porter ses fruits. La loi sur le dialogue sociale que j’ai entreprise à la demande du Premier ministre va simplifier la vie des entreprises".

"Je ne crois pas, par exemple, à ce débat sur le nombre de pages du code du travail, comme si le fait d’enlever quelques pages allait créer de l’emploi. Mais on peut encore simplifier la vie des entreprises. Notre pays produit trop de normes. C’est un vrai chantier, il est commencé".

 

Son successeur, Emmanuel Macron?

"Je crois que pour occuper le poste que j’occupe, il faut être en phase avec les orientations de la politique économique qu’a défini le président de la République. C’est mieux. Personne ne peut tout faire".

 

La gauche divisée

"Les socialistes ne sont pas si divisés que cela. Au niveau de la ligne économique, ils sont aujourd’hui des réformistes de gauche assumés. Des socio-démocrates assumés. C’est pas les divisions de la droite. Entre Sarkozy, Juppé et Fillon, c’est des lignes très différentes".

"C’est vrai la gauche doit se rassembler, notamment à l’occasion des élections régionales".

 

François de Rugy claque la porte d’Europe écologie-Les-Verts

"C’est un réformiste écologiste qui ne veut pas laisser une partie de l’extrême gauche dans Europe écologie-Les-Verts. Il veut combattre le Front national dans les régions donc il veut le rassemblement".

 

Quels sentiments de quitter le gouvernement?

"Je ne déserte pas, je suis triste de quitter ce ministère. Les liens que j’ai pu avoir avec les partenaires sociaux sont très importants. Mais en même temps  je suis heureux d’aller à Dijon. Le maire de Dijon est décédé dans des conditions dramatiques très rapidement. Je me devais de le faire. C’est ma ville de cœur".

 

Auteur(s): AZ


PARTAGER CET ARTICLE :


François Rebsamen était au micro de France Info ce jeudi matin.

Annonces immobilières

Fil d'actualités Politique




Commentaires

-