Gaspillage alimentaire: Ségolène Royal ne compte pas "en rester là"

Grande distribution

Gaspillage alimentaire: Ségolène Royal ne compte pas "en rester là"

Publié le :

Lundi 17 Août 2015 - 15:06

Mise à jour :

Lundi 17 Août 2015 - 15:36
La ministre de l'écologie Ségolène Royal a annoncé ce lundi rencontrer les représentants de la grande distribution "dans les 10 jours" afin de négocier des accords contre le gaspillage alimentaire. L'article de la loi sur la transition énergétique sur ce sujet avait été censuré par le Conseil constitutionnel.
©Christian Hartmann/Reuters
PARTAGER :

Victor Lefebvre

-A +A

Ségolène Royal démarre en trombe dès la rentrée. La ministre de l'Ecologie, du Développement durable et de l'Energie a annoncé ce lundi sur i>télé vouloir réunir les acteurs de la grande distribution "dans les 10 jours" sur la question du gaspillage alimentaire.

La loi sur la transition énergétique défendue par la ministre et votée le 22 juillet dernier prévoyait notamment d'interdire aux grandes surface de jeter ou de rendre volontairement impropre à la consommation les denrées alimentaires encore consommables (dates de péremption dépassées, congélation dans de mauvaises conditions, manipulations non hygiéniques, conservation à une température non réglementaire…). Celles-ci devaient à la place être données aux associations, utilisées pour l'alimentation animale ou encore le compost agricole.

Mais cette partie de la loi a été retoquée par le Conseil constitutionnel pour une question de procédure. Ségolène Royal ne compte cependant pas attendre une modification législative pour agir: "Je ne vais pas en rester là (…). A un moment où tout le monde n'a pas les moyens de se nourrir correctement il est inadmissible que les grandes surfaces détruisent des stocks alimentaires notamment en mettant de l'eau de Javel dessus".

Les grandes surfaces devraient donc être réunies dans les 10 jours pour être mises "devant leur responsabilité". Plutôt qu'une nouvelle loi, la ministre espère que les entreprises s'engageront "par le contrat". Un accord qui ne devrait d'ailleurs selon elle pas être trop difficile à trouver puisque les grandes surfaces"s'attendaient au vote de ce dispositif, savaient qu'il y avait des sanctions à la clé (deux ans d'emprisonnement et 75.000 euros d'amende, NDLR)".

Une proposition de la ministre que ces entreprises ne pourront pas refuser, car s'il  "vaut mieux (…) de bonnes pratiques, parce que c'est plus rapide, que des lois qui vont mettre du temps", Ségolène Royal promet qu'en cas de refus de la grande distribution, une nouvelle loi serait rédigée.

De son côté, la FCD (Fédération des entreprises de commerce et de distribution) a de son côté rappelé que la grande distribution n'était pas le plus gros générateur de gaspillage alimentaire et redistribue l'équivalent de 120 millions de repas par an.

Des chiffres confirmés par le rapport remis aux ministères de l'Agriculture et de l'Ecologie en avril dernier. Selon les différentes études, la restauration gaspillent environ 33% de denrées de plus que les commerces, les ménages entre 4,5 et 11 fois plus. Au total ce sont entre 5.495 et 9.670 milliers de tonnes de nourriture qui seraient gâchées chaque année.

 

Ségolène Royal compte proposer "un contrat" à la grande distribution pour lutter contre le gaspillage alimentaire.

Commentaires

-