Larcher trouve "excessifs" les attaques de Wauquiez contre Macron et le met en garde

Larcher trouve "excessifs" les attaques de Wauquiez contre Macron et le met en garde

Publié le :

Vendredi 03 Novembre 2017 - 13:30

Mise à jour :

Vendredi 03 Novembre 2017 - 13:35
Gérard Larcher a exprimé ce vendredi son désaccord avec Laurent Wauquiez qui avait dénoncé la "haine de la province" dont faisait preuve Emmanuel Macron. Il l'a appelé à plus de retenue.
© bertrand GUAY / AFP/Archives
PARTAGER :

La rédaction de FranceSoir.fr

-A +A

Gérard Larcher n'a pas vraiment apprécié la dernière sortie de Laurent Wauquiez au sujet du président de la République et le fait savoir. Invité par l'émission de France 2 Les 4 vérités, ce vendredi 3, le président du Sénat a expliqué que les récentes attaques du candidat à la présidence des Républicains à l'encontre d'Emmanuel Macron lui avaient déplu.

Pour mémoire, Laurent Wauquiez avait dénoncé dans le JDD "le désert de l'âme" chez Emmanuel Macron qui, selon lui, n'a pas "d'amour charnel pour la France" mais une "haine de la province". Et d'ajouter:" Dans sa façon de parler de la France comme de s'adresser aux Français, il n'y a pas d'amour; il y a de la morgue. Celle de l'enfant capricieux et de l'adulte arrogant".

"Je lui ai dit très clairement que je pensais que c’est des mots qu’il fallait utiliser avec modération", a fait savoir Gérard Larcher. "Ce ne sont pas mes mots. Je pense que le président de la République est attentif à l’ensemble du pays. Je me rappelle les premiers mots que je lui ai dits à la veille de la cérémonie d’investiture: +N’oublions ensemble jamais le premier tour de l'élection présidentielle: une France divisée en quatre, une France qu’il faut rassembler.+ Voilà pourquoi je n’utilise jamais ces mots", a-t-il poursuivi.

Et de conclure: "Et je pense que nous devons, dans notre diversité, être des acteurs de ce rassemblement".

Le président du Sénat a reçu Laurent Wauquiez jeudi 2 et l'a exhorté à rassembler toutes les sensibilités du parti Les Républicains en cas de victoire à la présidentielle. Il devra d'ailleurs recevoir prochainement les deux autres candidats, Florence Portelli et Maël de Calan. 

"Je lui ai dit très clairement que je pensais que c’est des mots qu’il fallait utiliser avec modération", a fait savoir Gérard Larcher.


Commentaires

-