Gilets jaunes - Macron annule le moratoire de Philippe, la hausse de la taxe est abandonnée

Gilets jaunes - Macron annule le moratoire de Philippe, la hausse de la taxe est abandonnée

Publié le :

Mercredi 05 Décembre 2018 - 20:57

Mise à jour :

Mercredi 05 Décembre 2018 - 21:05
L'Elysée a annoncé que le moratoire –soit le simple report– de la taxe sur les carburants est annulé. Il n'y aura pas de hausse de la taxe carbone pour 2019. Un choix d'apaisement envers les gilets jaunes, mais un camouflet politique pour Edouard Philippe.
© ludovic MARIN / POOL/AFP
PARTAGER :

La rédaction de France-Soir

-A +A

C'est un véritable coup de tonnerre qui vient de se produire dans la crise politique des gilets jaunes et qui répond sans doute aux tensions à craindre pour la journée à hauts risques du samedi 8 décembre.

Lors du conseil des ministres de ce mercredi 5, l'Elysée a finalement décidé d'annuler purement et simplement l'annonce faite Edouard Philippe du moratoire de six mois de la taxe sur les carburants. Franceinfo, contacté par le palais présidentiel, a confirmé que "la hausse des taxes sur les carburants n'est pas «suspendue», ni «différée», mais bien «annulée».

C'est donc un désaveu du président de la République vis-à-vis du Premier ministre Edouard Philippe, et un assouplissement de la position de l'exécutif vis-à-vis des gilets jaunes qui ne semblaient guère convaincus par les annonces du chef du gouvernement qui n'ont pas réellement apporté l'apaisement. Aucun élément n'a été communiqué sur les autres mesures, à savoir le gel pour six mois de la hausse de l'électricité et le rapport des réformes sur le contrôle technique.

Lire aussi - Macron recadre ses ministres: pas de rétablissement de l'ISF malgré la demande des gilets jaunes

La journée de samedi s'annonce malgré tout comme celle de tous les dangers avec des manifestants qui risquent de se radicaliser avec ce revirement. L'Elysée a annoncé s'attendre à un mouvement "d'une grande violence" avec "un noyau dur de plusieurs milliers de personnes" qui viendraient non pas pour manifester mais pour "casser et pour tuer".

 

 

Macron annule le moratoire d'Edouard Philippe.


Commentaires

-