Grèves et blocages: Bruno Le Maire veut un "service minimum" de l'énergie

Grèves et blocages: Bruno Le Maire veut un "service minimum" de l'énergie

Publié le :

Jeudi 26 Mai 2016 - 14:52

Mise à jour :

Jeudi 26 Mai 2016 - 14:52
©Matthieu Alexandre/AFP
PARTAGER :

La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP

-A +A

Devant la pénurie d'essence due aux blocages et les grèves dans les transports, Bruno Le Maire a plaidé jeudi pour la mise en place d'un service minimum de l'énergie et des transports. Le candidat à la primaire de la droite a affirmé que, s'il était élu en 2017, il ne négocierait pas avec les syndicats en début de mandat.

Bruno Le Maire (Les Républicains), candidat à la primaire de la droite pour 2017, souhaite l'établissement d'un "service minimum dans le secteur de l'énergie" pour "garantir que jamais le pays ne puisse être bloqué", alors qu'une huitième journée de mobilisation est organisée ce jeudi 26 contre le projet de loi travail.

"Je propose que nous mettions en place, à partir de 2017, un service minimum dans le secteur de l'énergie, pour garantir que jamais le pays ne puisse être bloqué par un manque d'énergie, de pétrole, d'essence, d’électricité, parce que certains qui s'opposeraient à notre politique iraient bloquer les raffineries, les centrales nucléaires, la distribution d'électricité comme la CGT envisage de le faire aujourd'hui", a déclaré M. Le Maire sur RTL.

Face à une telle situation, il faut, selon le député de l'Eure, "débloque(r) toutes les voies d'accès aux raffineries, à ce qui est nécessaire pour faire tourner le pays. C'est ce que fait le gouvernement et je le soutiens". Il prône aussi de "faire des réquisitions nécessaires pour garantir le service minimum dans les transports".

S'il est élu à l'Elysée, prévient-il, M. Le Maire "ne négocie(ra) pas avec les syndicats, avec la CGT au début de (son) mandat parce qu'(il) pense qu'il n'y a rien à négocier. La seule chose à faire c'est appliquer le contrat de mandat que vous avez conclu avec les Français, mettre en œuvre les propositions qu'une majorité de Français a votées".

"Lorsqu'on regarde l’Allemagne, l'Italie, la Grande-Bretagne, toutes les grandes transformations ont provoqué de grandes manifestations. Arrêtons de dire, en dévalorisant les Français, que la France est irréformable. Ce n'est pas vrai !"

Mais "François Hollande n'avait pas le mandat pour faire passer ce texte". "Au bout du compte il perd sur tous les tableaux: il a un mauvais texte et un conflit social d'une gravité sans précédent", a estimé M. Le Maire.

 

"François Hollande (...) a un mauvais texte et un conflit social d'une gravité sans précédent", a déclaré Bruno Le Maire.


Commentaires

-