Hamon, l'homme qui veut bousculer les codes de la présidentialité

  •  SOUTENEZ L'INDEPENDANCE DE FRANCESOIR, FAITES UN DON !  

Hamon, l'homme qui veut bousculer les codes de la présidentialité

Publié le 05/02/2017 à 16:41 - Mise à jour à 16:42
©Photo AFP
PARTAGER :

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP

-A +A

Benoît Hamon a été officiellement investi candidat PS à la présidentielle 2017 au cours d'une cérémonie qui lui ressemble, où il a affiché une certaine décontraction, tout en contraste avec Manuel Valls.

"Je ne suis pas l’homme providentiel. Pas de chance, hein? Non seulement je ne le suis pas mais je ne le demande surtout pas". Investi candidat ce dimanche 5 par le PS, Benoît Hamon a adopté depuis son entrée en campagne un style décontracté mâtiné d’autodérision qu'il entend bien imposer comme sa vision -frondeuse- de la présidentialité.

En décembre, alors qu'il n'était encore que le troisième homme de la primaire à gauche, Benoît Hamon, 49 ans, s'était affiché parlant état d’urgence, vote blanc ou nucléaire entre deux frites trempées dans de la sauce harissa dans un kebab du XIXe arrondissement. "Le kebab c’est le régime présidentiel, même si niveau calories vous êtes mal", plaisantait ce "frondeur".

Illustration de "son côté pas froid aux yeux" et de son souci "de sortir de l’institutionnel, de casser les codes": accepter d'aller dans des médias où autres ne vont pas, selon Alexis Bachelay, son porte-parole.

Avec ses "euh" quand il cherche parfois ses mots devant les micros, son anorak de tempête, ses interviews où il parle rap ou football, Benoît Hamon cherche à apparaître comme le "boy next door (le voisin de palier normal) sincère et accessible", selon la formule du député européen Emmanuel Maurel.

Entre spontanéité et improvisation, il contraste avec son rival de la primaire, Manuel Valls, rompu aux exercices de communication jusqu'à en perdre sa spontanéité, et au style plus classique.

Parti avec l'intention de donner un coup de pied à "la vieille politique", Benoît Hamon brocarde le diktat vestimentaire des candidats à la présidentielle, quitte à se livrer à un spectacle d’autodérision.

"J’ai changé de costard... il paraît que je ne faisais pas assez président", "Mais c’est quoi faire président?", s’interrogeait Benoît Hamon en meeting à Lille, avant le second tour de la primaire.

Pour son porte-parole, Guillaume Balas, il lui faut "rester lui-même, être sérieux sans tomber dans la caricature de l’homme politique statufié et arriver à faire passer ses convictions tout en étant un homme d’Etat, (sans) perdre ce côté sincère".

Il s’agira d'aller à contre-courant "du côté majestueux de la Ve République, de l’orgueil absolu que ça engendre", car les électeurs "ne supportent plus ce qui est de l’ordre du privilège", ajoute-t-il.

Est-ce une déclinaison du "président normal" que voulait incarner François Hollande? "C’est beaucoup plus politique que le président normal", juge Alexis Bachelay, pour qui "il faut beaucoup plus associer citoyens et société civile dans l’exercice du pouvoir" car "les hommes politiques ne sont pas omniscients".

"Les gens qui vont voter en ont peut-être un petit peu marre du conventionnel, du classicisme (...) et plébiscitent celui qui oserait enfin dire certaines vérités, parler des sujets qui dérangent", défend-il.

D'ici à la présidentielle, celui que les barons du PS surnommaient avec mépris "P'tit Ben" entend faire la preuve que le costume n'est pas trop grand pour lui.

Lors de sa visite à François Hollande à l'Elysée jeudi 2, Benoît Hamon a bien souligné avoir discuté "de grands sujets" internationaux et diplomatiques. Cette fois, les boutons étaient fermés et la cravate strictement nouée.

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP


Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




PARTAGER CET ARTICLE :


Benoît Hamon veut s'écarter de l'image de "président normal" de François Holland et "plus associer citoyens et société civile dans l'exercice du pouvoir" selon Alexis Bachelay.

Annonces immobilières

Newsletter


Fil d'actualités Politique




Commentaires

-