Hamon menace de "balancer toute la vérité" sur les campagnes de Hollande et Royal

Hamon menace de "balancer toute la vérité" sur les campagnes de Hollande et Royal

Publié le :

Mercredi 30 Août 2017 - 09:54

Mise à jour :

Mercredi 30 Août 2017 - 10:54
© bertrand GUAY / AFP/Archives
PARTAGER :

La rédaction de FranceSoir.fr

-A +A

Ces dernières semaines, de nombreux cadres socialistes proches de François Hollande ont épinglé Benoît Hamon sur ses dépenses lors de la campagne présidentielle et sur le financement de la journée de lancement de son Mouvement du 1er juillet, certains l'accusant même de détournement. L'ex-candidat à la présidentielle aurait en réponse menacé de "balancer toute la vérité" sur les campagnes de Ségolène Royal et de François Hollande.

Après plusieurs semaines passées à se défendre, Benoît Hamon contre-attaque. L'ancien candidat du Parti socialiste à l'élection présidentielle est fatigué des accusations à son encontre concernant ses dépenses lors de la campagne présidentielle ou le coût du meeting de lancement du Mouvement du 1er juillet. Denoncé de toutes parts par les tenors du PS proche de François Hollande, Benoît Hamon leur aurait lancé un avertissement, selon Le Canard Enchainé.

En effet, l'ancien ministre de l'Education nationale aurait fait appeler tous les tenors de la Hollandie au PS pour les avertir: "Si vous continuez, on balance toute la vérité sur la campagne présidentielle de Ségolène Royal (2007) et de François Hollande (2012). Et on en connaît beaucoup".

En parallèle, des doutes se font également jour au sein de la direction du parti. Toujours selon Le Canard Enchainé, samedi 26, lors du séminaire de la direction du Parti socialiste Stephane Le Foll et Jean-Christophe Cambadélis se sont écharpés sur les comptes de Solférino.

L'ancien ministre de l'Agriculture, à propos de la vente du siège du parti, a demandé "un bilan financier" et "un minimum de transparence". Une réflexion qui a surpris l'ancien premier secrétaire du Parti qui a répondu, "je suis tout à fait d'accord pour examiner les comptes, mais, si on le fait, je ne trouve pas très malin d'étaler cette suspicion dans la presse. Ensuite, si l'on regarde les comptes, il faut le faire sur les quinze dernières années".

Les quinze dernières années... Ce qui inclus la campagne présidentielle de Ségolène Royal (et donc celle François Hollande).

Benoît Hamon contre-attaque après les accusations sur ses dépenses.


Commentaires

-