Hamon tacle Sarkozy: les voleurs de saucisson "n'ont pas le droit au 20h"

Hamon tacle Sarkozy: les voleurs de saucisson "n'ont pas le droit au 20h"

Publié le :

Lundi 26 Mars 2018 - 10:47

Mise à jour :

Lundi 26 Mars 2018 - 10:54
Benoît Hamon a réagi dimanche, sur France 3, à l'intervention de Nicolas Sarkozy dans le 20h de TF1 suite à sa mise en examen dans l'affaire de financement libyen de sa campagne. Il s'est étonné que l'ancien président puisse, le lendemain, aller défendre sa cause en direct à la télévision. Ce que ne peuvent pas faire les voleurs de saucisson.
© JEAN-FRANCOIS MONIER / AFP/Archives
PARTAGER :

La rédaction de FranceSoir.fr

-A +A

La justice n'est pas la même pour tous. C'est ce qu'a souligné (pas en ces termes) Benoît Hamon dimanche 25 sur France 3 au sujet de Nicolas Sarkozy qui a pu plaider sa cause en direct à la télévision au 20h de TF1, juste après sa mise en examen mercredi 21 pour corruption passive, financement illégal de campagne électorale et recel de fonds publics libyens.

Ce qui a choqué le fondateur de Génération.s, c'est qu'un ancien président puisse aller s'exprimer sur une enquête en cours (et à son sujet) à une heure de grande écoute: "Vous avez des gens qui se font mettre en prison pour avoir volé un saucisson dans un supermarché: ils n'ont pas droit au 20h de TF1 pour pouvoir défendre leur cause".

Lire aussi: financement libyen - Sarkozy entend "briser les auteurs de la machination"

Benoît Hamon a toutefois reconnu le talent de Nicolas Sarkozy en matière de communication, car sa défense consistait à contredire "la plupart des éléments de l'enquête avec un talent que tout le monde lui reconnaît, car c'est un excellent communicant".

S'il s'est étonné de l'intervention de l'ancien président, il n'a toutefois pas été surpris que politique se conjugue là encore avec corruption et argent.

"Ce n’est pas nouveau qu’une partie de la classe politique a un rapport corrompu à l’argent, au sens où l’argent les attire, fait tourner les têtes, et je pense que ça pose problème", a-t-il déclaré, prenant bien soin d'utiliser le conditionnel en ce qui concerne les accusations pesant sur Nicolas Sarkozy.

Et aussi: intervention de Sarkozy sur TF1 - voir le replay

De son côté, l'ancien président a réitéré dans le JDD sa volonté de briser "les auteurs de la machination honteuse qui porte atteinte, au-delà de (lui-même), à la fonction (qu'il a) exercée et à notre pays".

Hamon s'est étonné que Sarkozy, le lendemain de sa mise en examen dans l'affaire de financement libyen, puisse aller défendre sa cause à la télévision.


Commentaires

-