Hausse des taxes carburant: Macron critique ceux "qui râlent" et "assume"

Hausse des taxes carburant: Macron critique ceux "qui râlent" et "assume"

Publié le 05/11/2018 à 11:27 - Mise à jour à 12:30
© Bertrand GUAY / AFP
PARTAGER :

Auteur(s): La rédaction de France-Soir

-A +A

Dans une interview accordée dimanche aux journaux du groupe Ebra, le président de la République a défendu son choix de taxer les carburants. Il rejoue sa carte du choix assumé face à ceux qui critiquent ces orientations.

Il avait eu le même vocabulaire à l'époque où, augmentant la CSG mais sans compensation pour les retraités (contrairement aux salariés du privé), il "assumait" vouloir privilégier le pouvoir d'achat des travailleurs. La même rhétorique est reprise sur la hausse du carburant.

Interviewé dimanche 4 par les journaux du groupe Ebra (est de la France) sur la grogne face à l'inflation des prix à la pompe, nourrie (mais pas seulement) par la fiscalité écologique, Emmanuel Macron a répondu sans ambigüité: "J'assume parfaitement que la fiscalité due au diesel soit au niveau de celle de l'essence et je préfère la taxation du carburant à la taxation du travail".

Le président se veut même offensif face aux critiques: "Les mêmes qui râlent sur la hausse du carburant, réclament aussi qu'on lutte contre la pollution de l'air parce que leurs enfants souffrent de maladies".

Lire aussi - Automobile: l'Assemblée vote le durcissement du malus écologique

Dans une deuxième interview accordée au Courrier picard, à La Voix du Nord et à L'Union, le président de la République, sans revenir sur sa position, a joué la carte de l'apaisement disant être "particulièrement sensible à la colère de ceux qui doivent se déplacer pour travailler" et qui, n'ayant aucune alternative à leurs dépenses de carburants, subissent une perte sèche de pouvoir d'achat.

Plusieurs initiatives ont été lancées sur Internet pour appeler à un mouvement de protestation le 17 novembre prochain, visant à "bloquer" la France, en protestation contre les hausses des tarifs de l'essence. Pour rappel, si la fiscalité joue un rôle indéniable –et qui va continuer à s'accroître– dans cette inflation, le gouvernement n'a pas de pouvoir face à l'autre facteur: la hausse du prix du baril.

Voir aussi:

Royal: le gouvernement justifie un "matraquage fiscal" par l'écologie

"Blocage" de la France le 17 novembre: les syndicats se désolidarisent

Auteur(s): La rédaction de France-Soir


Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.

Soutenez FranceSoir dès 1€ >



PARTAGER CET ARTICLE :


Macron assume le choix d'augmenter les impôts sur l'essence et critique les opposants.

Annonces immobilières

Newsletter


Fil d'actualités Politique




Commentaires

-