Hausse du passe Navigo: Hidalgo monte au créneau et tacle Pécresse

Hausse du passe Navigo: Hidalgo monte au créneau et tacle Pécresse

Publié le :

Lundi 04 Juillet 2016 - 20:37

Mise à jour :

Lundi 04 Juillet 2016 - 20:43
©Bertrand Guay/AFP
PARTAGER :

La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP

-A +A

L'augmentation de 3 euros du passe Navigo à partir du 1er août, annoncée la semaine dernière par Valérie Pécresse, n'est pas au goût d'Anne Hidalgo. Pour la maire de Paris, qui n'est pas d'accord avec cette augmentation, la politique des transports en Ile-de-France "ne peut pas être simplement la décision de la présidente du conseil régional".

La maire PS de Paris Anne Hidalgo a taclé ce lundi 4 Valérie Pécresse en estimant, à propos de la hausse du passe Navigo, que la présidente LR de la Région Ile-de-France n'était pas "chef de file des collectivités" ni décisionnaire en matière de politique de Paris. La politique des transports en Ile-de-France "ne peut pas être simplement la décision de la présidente du conseil régional", a indiqué devant la presse la maire de Paris en dénonçant l'augmentation annoncée par Valérie Pécresse du passe Navigo à tarif unique.

L'impact de l'augmentation annoncée de trois euros du forfait transports est pour les Parisiens "très importante", a ajouté Mme Hidalgo, qui n'est "pas d'accord avec cette augmentation". Elle a rappelé que ce forfait était déjà passé l'an dernier pour Paris de 67 à 70 euros. Que "cela se passe sans nous en parler, ce n'est pas acceptable", a ajouté la maire de la capitale, qui a "demandé à Valérie Pécresse une réunion de travail sur l'ensemble du dossier". Paris "doit être respecté". "Je respecte la légitimité de Valérie Pécresse, qui a gagné l'élection pour être présidente du Conseil régional, mais ça ne la fait pas chef de toute la région et des collectivités, ce n'est pas elle qui va définir la politique de Paris", a ajouté Mme Hidalgo.

La maire de Paris a rappelé que la Ville de Paris contribuait pour un tiers du budget du Stif (Syndicats des Transports d'Ile-de-France, dont Mme Pécresse est présidente en tant que présidente de région). "Oui, il y a une patronne des transports en Ile-de-France, et elle est légitime", tout comme l'était Jean-Paul Huchon, ancien président socialiste de la Région, a réagi auprès de l'AFP Stéphane Beaudet, vice-président du Conseil régional d'Ile-de-France, en charge des transports. "Que je sache, Mme Hidalgo ne s'est pas opposée aux augmentations décidées auparavant par M. Huchon", a-t-il dit, affirmant que ces augmentations ont été de "3% par an pendant 15 ans".

Il a demandé "un tout petit peu de solidarité en Ile-de-France", soulignant que Paris n'était qu'un des huit départements de la région, et a rappelé que l'augmentation du passe Navigo devait servir à moderniser le réseau de transports avec notamment des trains neufs ou rénovés et de nouvelles lignes de bus. "Nous avons hérité d'un réseau de bus pourris", a-t-il insisté. Enfin, M. Beaudet rappelé que "94% des titulaires du Navigo ne payent pas le prix total" du passe, comme ceux bénéficiant d'un remboursement partiel de leur employeur, ou de forfaits allégés (jeunes, retraités, handicapées, bénéficiaires du RSA et d'aides sociales, etc.).

 

La politique des transports en Ile-de-France "ne peut pas être simplement la décision de la présidente du conseil régional", a déclaré Anne Hidalgo.

Commentaires

-