Terrorisme: Hollande refuse l'Etat d'exception réclamé par la droite

Terrorisme: Hollande refuse l'Etat d'exception réclamé par la droite

Publié le :

Jeudi 08 Septembre 2016 - 13:12

Mise à jour :

Jeudi 08 Septembre 2016 - 13:14
©Thierry Charlier/AFP
PARTAGER :

La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP

-A +A

Dans un discours attendu, François Hollande s'est posé ce jeudi en défenseur de l'Etat de droit face au terrorisme. Le chef de l'Etat n'a par contre pas laissé filtrer d'indice sur sa candidature, qu'il doit annoncer (ou pas) en décembre prochain.

Toujours aussi impopulaire, François Hollande s'est posé ce jeudi 8 en défenseur de l'Etat de droit face au terrorisme dans un discours aux airs de candidature à la présidentielle où il n'a pas ménagé ses attaques contre la droite, en particulier Nicolas Sarkozy. Durant un peu plus d'une heure, le président de la République a largement dépassé le thème de son discours, "La démocratie face au terrorisme", pour lancer l'offensive tous azimuts.

Salle Wagram, du nom de l'une des victoires décisives de Napoléon, et devant un public acquis, il s'est dit déterminé à poursuivre "obstinément le combat" contre le terrorisme. Evoquant des "tentatives" déjouées "ces derniers jours", celui qui a connu à l'Elysée la plus grande vague terroriste en France depuis un demi siècle (238 morts depuis janvier 2015), a de nouveau prévenu que le combat serait de longue haleine. Le même jour, Salah Abdeslam, membre présumé du commando auteur des attentats du 13 novembre, était convoqué devant les juges d'instruction.

M. Hollande qui avait déclenché l'état d'urgence prolongé à quatre reprises malgré des réticences à gauche, et s'est englué dans un interminable et houleux débat sur la déchéance de nationalité, a voulu se poser en défenseur de l'Etat de droit, rejetant tout "Etat d'exception" contre les attaques djihadistes. La seule voie "qui vaille, la seule qui soit efficace, c'est celle de l'Etat de droit", a-t-il martelé, ne ménageant pas ses coups contre ceux qui à droite "battent les estrades en recourant à toutes les surenchères pour mieux se distinguer à l'intérieur de leur camp". Il a plus particulièrement éreinté les "arguties juridiques" évoquées par Nicolas Sarkozy qui empêcheraient, selon l'ancien président, de lutter contre le terrorisme, ou balayé l'idée d'interner sans jugement les personnes radicalisées. Critiquées également, les baisses d'effectifs de policiers ou du budget de la défense lors du dernier quinquennat.

Ecartant toute loi interdisant le burkini, il s'est aussi présenté en défenseur de la laïcité qui n'est pas la "religion d'Etat contre les religions", relevant que les musulmans faisaient partie des principales victimes du terrorisme djihadiste. "Il n'y aura pas de législation de circonstance aussi inapplicable qu'inconstitutionnelle", a-t-il dit dénonçant également par avance toute "stigmatisation contre les musulmans".

Sur le plan politique, François Hollande a très clairement lancé l'offensive pour 2017, raillant avec des accents de candidat déjà prêt à en découdre, ces responsables de l'opposition qui "pensent que l'élection c'est la primaire". L'élection "il faut la mériter, il faut s'y préparer, et il faut respecter les citoyens", a-t-il lancé comme s'il traçait déjà sa propre voie en évoquant "ce combat d'une vie", alors qu'il ne doit officiellement se prononcer sur sa candidature que début décembre. Face à l'offensive d'Emmanuel Macron, et l'avalanche de postulants à gauche pour 2017, M. Hollande a voulu se placer au centre du jeu mettant en exergue qu'il était jusqu'au mois de mai le seul à avoir "l'onction" du suffrage universel. Il est aussi sorti du champ sécuritaire pour défendre, face à la droite, le modèle social, "patrimoine commun des Français", avertissant qu'il se battrait "toujours" contre "l'Etat d'exclusion" que voudrait selon lui bâtir la droite.

Sur le plan institutionnel, il affirmé vouloir "limiter le cumul des mandats dans le temps" pour les élus en allant plus loin que la loi sur le non cumul des mandats, dans le cadre d'une série de "réformes" afin que la démocratie soit "renouvelée". L'initiative présidentielle intervient alors que le président est plus que jamais en butte à des sondages catastrophiques. Selon deux enquêtes d'opinion publiées mercredi, 88% des Français ne souhaitent pas qu'il se représente (Elabe). Et s'il concourrait, il serait dans tous les cas de figure éliminé dès le 1er tour, avec seulement 11 à 15 % d'intentions de vote (TNS-Sofres).

Saluée par Manuel Valls qui a loué "un Président, incarnation du suffrage universel" dessinant "la France avec un souffle nouveau", l'intervention de M. Hollande a été aussitôt raillée par le porte-parole de Nicolas Sarkozy Eric Ciotti. "Les Français attendaient un chef de guerre, ils ont retrouvé un médiocre chef de parti", a lancé ce dernier dans un tweet.

 

"La démocratie sera plus forte que la barbarie qui lui a déclaré la guerre", a déclaré le président.


Commentaires

-