Jacques Toubon "ne comprend pas" que ses 30.000 euros de revenus choquent

Jacques Toubon "ne comprend pas" que ses 30.000 euros de revenus choquent

Publié le :

Jeudi 17 Janvier 2019 - 20:35

Mise à jour :

Jeudi 17 Janvier 2019 - 20:42
© Ludovic MARIN / AFP/Archives
PARTAGER :

La rédaction de France-Soir

-A +A

Ce jeudi Jacques Toubon est revenu sur le montant le total de ses différents revenus, qui serait de 30.000 euros selon "Le Canard enchaîné". Il a fait savoir qu'il ne comprenait pas la polémique naissante.

Le Défenseur des droits a bien défendu les siens", conclut le Canard enchaîné au sujet de la rémunération de Jacques Toubon. En effet, dans son édition de mercredi 16, l'hebdomadaire a fait savoir que l'ancien ministre de la Justice de Jacques Chirac cumulait quelque 30.000 euros de revenus par mois. Une information démentie par l'intéressé qui a fait savoir ne pas comprendre pourquoi ses émoluments faisaient polémique.

"Je touche un salaire qui est fixé dans le budget, qui a été fixé en 2011 (...) et d’autres parts depuis 2006 je touche une pension de fonctionnaire, de parlementaire et une pension de conseiller de Paris pendant 25 ans. Je ne comprends pas que ça choque, car ce que je fais c’est un travail à temps plein, rémunéré conformément aux règles", a--t-il fait savoir auprès de RTL ce jeudi 17 au matin. Sur Europe 1, il a récusé les chiffres avancés par le Canard.

Lire aussi - Le Défenseur des droits demande la "suspension" des lanceurs de balles de défense (LBD)

A son traitement de 15.725 euros mensuels de Défenseur des droits mensuels, s'ajoutent en effet ses pensions d'administrateur civil et de conseiller d'Etat, ainsi que sa triple retraite d'adjoint au maire de Paris, de député et de parlementaire européen, explique le journal satirique.

Pour autant, JacquesToubon a estimé que "le grand débat national est un débat qui doit porter sur ce genre question". "Dans le débat, il s'agit de savoir comment on est organisés", référence à la rémunération des directeurs autres administrations.  

Le Défenseur des droits a également demandé jeudi la suspension du recours aux lanceurs de balles de défense (LBD), en raison de la "dangerosité" de ces armes dont l'utilisation par les forces de l'ordre fait polémique. L'usage de ce type d'armes de maintien de l'ordre est décrié après que de nombreux manifestants ont été blessés, parfois grièvement au visage, lors de manifestations de gilets jaunes ces dernières semaines.

Voir:

Grand débat: Jouanno exclut de démissionner et débranche la CNDP au 15 janvier

Grand débat: Jouanno doit "tirer les enseignements" de son retrait, selon Griveaux

Jacques Toubon "ne comprend pas" que ses 30.000 euros de revenus choquent


Commentaires

-