Jean-Christophe Cambadélis: "Bachar el-Assad n'est pas un dictateur autoritaire, c'est un boucher".

Jean-Christophe Cambadélis: "Bachar el-Assad n'est pas un dictateur autoritaire, c'est un boucher".

Publié le 26/02/2015 à 08:29 - Mise à jour à 14:35
©Capture d'écran RTL
PARTAGER :

Auteur(s): AZ

-A +A

Jean-Christophe Cambadélis était l'invité de RTL ce jeudi matin. Le premier secrétaire du Parti socialiste est revenu sur la visite de quatre parlementaires français à Bachar el-Assad en Syrie et a annoncé qu'il prendrait des sanctions contre Gérard Bapt, député PS.

Baisse du chômage

"Ça annonce le début de la fin de l'hiver".

"Si vous ajoutez à cela les bonnes nouvelles du point de vue du logement, de la croissance, le temps qui nous est donné pour réduire notre déficit, il y a des matins où les choses étaient pires".

 

Rupture de solidarité entre les députés socialistes

"Manuels Valls a une obligation de résultat et moi de cohésion. Je pense que si le Parti socialiste rentre dans une crise permanente, s'il va à l'explosion et c'est toujours possible, il n'y aura plus de gauche dans ce pays. Je ne veux pas de ça".

"Je veux soutenir le gouvernement mais en même temps faire en sorte qu'il y ait un rassemblement".

 

Consigne de vote

"On ne sanctionne pas sur des intentions. On a dit que maintenant il faut revenir au statut de notre parti qui dit que c'est le bureau national qui donne la consigne de vote."

"J'espère que le bureau national sera un lieu d'échanges, voire de compromis quand il y aura des désaccords".

"Nos statuts disent que le groupe parlementaire a une autonomie dans le cadre de la décision du bureau national".

 

Fin des frondeurs

"Pas des frondeurs car il y a des divergences. Mais tout le monde a pris en compte les circonstances. Il faut s'unir parce que le combat va être rude pour la défense de la République".

 

Comparaison de Benoît Hamon du parti socialiste avec la vieille SFIO

"Il n'a pas tord dans le sens où il y a des risques de vieille SFIO mais ce n'est pas pour autant qu'il faut transformer le Parti socialiste en PSU, (Parti socialiste unifié) en organisation gauchiste qui ne pèse sur aucun évènement. Il y a une culture de gouvernement".

 

Concilier des pratiques de droite avec des discours de gauche

"J'essaye de faire en sorte qu'il y ait une cohérence politique. Il y en a  une. Je ne pense pas que la Loi Macron est une pratique de droite".

"J'ai eu une discussion avec le Premier ministre. Il y a un certain nombre d'évolutions dans le texte. Je ne fais pas comme certains qui disent qu'ils ne votent pas pour le texte car leur amendement n'a pas été retenu".

"Le Premier ministre a une obligation de résultats et moi de cohésion. Il connait parfaitement les données du problème et mois aussi. Nous nous entendons bien".

 

Propos de François Hollande: "Français de souche"

"C'est un mauvais procès. Il parlait devant le président du CRIF qui venait de dire qu'il n'y avait rien à reprocher à Marine Le Pen. Sortant de son texte, il voulait indiquer que certains disent qu'il y a des Français de souches et des Français de papiers".

"C'était un clin d'œil, qui n'a pas été compris, a la nature profonde du Front national qui sépare les Français en deux".

 

Front national: premier parti lors des élections départementales

"On peut se battre et on peut obtenir et faire comprendre aux Français que la République est en jeu. La République se décline aussi dans les départements".

"Le Front national veut la séparation donc l'apartheid. C'est un parti légal mais pas républicain".

 

Quatre parlementaires français en Syrie dont Gérard Bapt, député PS

"Je le condamne complètement (le déplacement, NDLR). Bachar el-Assad n'est pas un dictateur autoritaire, c'est un boucher".

"J'ai écris à Gérard Bapt, je le convoquerai et je prendrai des sanctions. Je le déférerai devant la haute autorité". 

 

Auteur(s): AZ


PARTAGER CET ARTICLE :


Jean-Christophe Cambadélis était l'invité de RTL ce jeudi matin.

Fil d'actualités Opinions