Jean-Vincent Placé: "je ne suis pas pour une écologie de critique permanente"

Jean-Vincent Placé: "je ne suis pas pour une écologie de critique permanente"

Publié le :

Mercredi 24 Décembre 2014 - 08:49

Mise à jour :

Vendredi 23 Janvier 2015 - 08:35
©Capture d'écran
PARTAGER :
-A +A

Jean-Vincent Placé, sénateur EELV, était ce mercredi l'invité d'Europe-1. Il s'est réjoui de la suspension du projet de Center Parc de Roybon, appelant au développement d'un tourisme plus écologique et moderne. Il a également salué les décisions du gouvernement après les drames de de Joué-lès-Tours, Dijon et Nantes.

La suspension par la justice du projet de Center Parcs de Roybon (Isère):

"Ce n'est pas la décision de justice en tant que telle dont je me réjouis, mais que ce projet ait du plomb dans l'aile –même si ce n'est pas très écologiste comme expression– car ce sont des projets très nuisibles à l'environnement et la nature".

"Au-delà de la question environnemental, d'essayer de se tourner vers du tourisme écologique et solidaire, il y a le modèle économique. C'est un modèle de défiscalisation massive proposé au propriétaires des futurs bungalows, (…) c'est le mauvais capitalisme, (…) pour les (400) emplois (que le projet est censé créer) dont la pluparts à temps partiel. C'est vraiment le modèle économique du passé".

 

La multiplication des grands projets contrés par des "ZAD"

"Je suis pour le développement du tourisme. Ce qu'il faut faire, c'est développer le tourisme de manière intelligente. Je viens du Calvados, il y a un potentiel de tourisme vert qui me paraît beaucoup plus intéressant que de batifoler dans des bulles surchauffées avec des végétations dites +luxuriantes+. Avec le réchauffement climatique, on verra cela arriver bien assez tôt".

"Je ne suis pas pour une écologie de critique permanente, de manifestations, mais une écologie de proposition et une écologie tournée vers l'économie. (…) En développant des projets innovants, on créerait beaucoup plus d'emplois qu'avec ces projets pharaoniques qui n'ont aucun sens".

 

Les drames de Joué-lès-Tours, Dijon et Nantes

"Il faut éviter les amalgames, garder la tête froide. A Nantes, c'était visiblement l'acte d'un déséquilibré. La concomitance frappe choque, il y a une préoccupation. Qu'il y ait des forces de l'ordre, ça rassure. Les propos d'équilibre de François Hollande, je trouve que c'est une bonne réponse". 

 

Les projets comme ceux du Center Parcs de Roybon, "c'est le mauvais capitalisme" pour Jean-Vincent Placé.


Commentaires

-