Jordan Bardella (RN) maintient que la France va partager son siège à l'ONU avec l'Allemagne (vidéo)

Jordan Bardella (RN) maintient que la France va partager son siège à l'ONU avec l'Allemagne (vidéo)

Publié le :

Mardi 22 Janvier 2019 - 11:53

Mise à jour :

Mardi 22 Janvier 2019 - 12:13
© Joël SAGET / AFP/Archives
PARTAGER :

La rédaction de France-Soir

-A +A

Jordan Bardella, la tête de liste Rassemblement national aux prochaines Européennes, était l'invité de la matinale de France Inter. Il a continué de marteler que le traité d'Aix-la-Chapelle allait entraîner le partage du siège de membre permanent au Conseil de sécurité de l'ONU... alors que rien dans le texte ne prévoit cette mesure.

Le Rassemblement national persiste et signe. Jordan Bardella, le jeune tête de liste du parti de Marine Le Pen pour les élections Européennes, a réitéré ses propos à l'antenne de France Inter ce mardi 22 au matin. Oui, il estime que le traité d'Aix-La-Chapelle qu'ont signé ce jour Emmanuel Macron et Angela Merkel va amener la France à devoir "partager" son siège de membre permanent au Conseil de sécurité de l'ONU.

"Derrière ces traités, il y a cette volonté de transférer des pans toujours plus importants de notre souveraineté" lance le candidat, qui occupe pour l'instant le poste de conseiller régional d'Ile-de-France. La journaliste Léa Salamé lui explique alors que rien dans le texte du traité ne prévoit une telle disposition, mais le candidat n'en démord pas: "On a le droit d'avoir un avis divergent".

Face à la multiplication des "infox" autour du traité, l'Elysée a même décidé de publier lundi 21 un communiqué pour tenter de mettre fin aux rumeurs. "Non, l'Alsace et la Lorraine ne quitteront jamais la France" assure le texte, pour tordre le cou à l'idée la plus farfelue entourant le texte (que n'évoque pas le candidat RN cependant). Le texte rappelle enfin que le France partagera pas son siège à l'ONU et que l'enseignement de l'allemand dans les régions frontalières ne sera pas obligatoire.

Le traité d'Aix-la-Chapelle signé ce mardi 22 vient compléter –et non pas remplacer– le traité de l'Elysée signé en 1963 (un 22 janvier également) entre la France et l'Allemagne. Il renforce la coopération entre les deux pays en termes de politique économique mais aussi de défense prévoyant le déploiement de moyens communs en cas d'attaque terroriste notamment.

Voir aussi:

Bardella (RN): "on a le droit de critiquer les journalistes" 

Bardella (RN): les européennes, "un référendum sur la politique" de Macron

Jordan Bardella assure que le siège de la France au Conseil de sécurité de l'ONU est menacé.

Commentaires

-