La campagne de Macron piratée par des hackers russes, qui sont les Fancy Bears?

La campagne de Macron piratée par des hackers russes, qui sont les Fancy Bears?

Publié le :

Mardi 25 Avril 2017 - 13:57

Mise à jour :

Mardi 25 Avril 2017 - 14:12
Selon la société de sécurité informatique Trend Micro, la campagne d'Emmanuel Macron aurait bel et bien été la cible de hackers. C'est le groupe Fancy Bears, accusé par les autorités américaines d’être lié au GRU (le renseignement militaire russe), qui en serait à l'origine.
©Capture d'écran Fancy Bears
PARTAGER :

La rédaction de FranceSoir.fr

-A +A

La campagne d'Emmanuel Macron aurait bel et bien été visée par des hackers russes: c'est la conclusion d'un rapport rendu ce mardi 25 par la société de sécurité informatique Trend Micro. Dans ce document d’une quarantaine de pages, elle accuse le groupe Pawn Storm, plus connu sous le nom de Fancy Bears, APT28 ou encore Sofacy d'être à l'origine de plusieurs piratages informatiques. D'après les derniers éléments divulgués, ces pirates russes auraient tenté de créer de faux sites ressemblant à celui d'En Marche! dans le but de piéger des collaborateurs et de recueillir leurs données (mot de passe, adresse mail). Mais suite à cette information, les équipes d'Emmanuel Macron ont assuré qu'aucune adresse mail n'avaient été hackée de cette manière.

Pour rappel, ce groupe de hackers est accusé par les autorités américaines d’être lié au GRU, le renseignement militaire russe. Et selon elles, Moscou aurait la volonté d'influencer les scrutins des pays occidentaux grâce à ce genre de piratages dans le but de faire élire des candidats qui auraient des positions favorables à la Russie.

Ce n'est d'ailleurs pas la première fois ces derniers mois que le groupe Fancy Bears fait parler de lui. En octobre dernier, il a été accusé d'avoir été à l'origine du piratage de la campagne d'Hillary Clinton. Les membres de ce groupe auraient notamment hacké des mails du Comité national démocrate (DNC) et certains du directeur de campagne de la candidate, John Podesta.

Ils sont également soupçonnés d'être derrière le piratage de l'agence mondiale antidopage (AMA). Ils auraient mis en ligne des documents internes à l'organisme concernant quatre athlètes américaines ayant participé aux Jeux olympiques de Rio: la gymnaste Simone Biles, les joueuses de tennis Venus et Serena Williams et la basketteuse Elena Delle Donne. Les documents attestaient de la prise de produits interdits par ces sportives.

En parallèle, ils seraient également derrière l'attaque subie par la chaîne TV5 Monde, en avril 2015. Ce jour-là, 12 chaines du groupe avaient été mises hors service.

Le groupe est soupçonné de liens avec les services de sécurité russes.


Commentaires

-