La députée France insoumise Danièle Obono critiquée après avoir émis des doutes sur "le concept flou" de radicalisation

Auteur(s)
La rédaction de FranceSoir.fr
Publié le 02 octobre 2017 - 13:54
Image
La députée (LFI) de Paris Danièle Obono (C) entre Jean-Luc Mélenchon (G) et Clémentine Autain (D) à
Crédits
© JACQUES DEMARTHON / AFP/Archives
Danièle Obono a déclaré qu'un individu peut être "sexiste et religieux, ou pas croyant" sans forcément être "radicalisé".
© JACQUES DEMARTHON / AFP/Archives
Danièle Obono, députée de la France insoumise, a suscité de vives réactions sur les réseaux sociaux après avoir remis en cause, dimanche, "le concept de radicalisation". Affirmant que quelqu'un peut être "sexiste et religieux", sans pour autant être "radicalisé". Des propos qui ont fait bondir certains internautes et les opposants politiques de la FI, dont Marine Le Pen qui les a jugés "irresponsables".

La députée France insoumise Danièle Obono est sous le feu des critiques depuis son intervention de dimanche 1er octobre, sur le plateau de l'émission politique dominicale de BFMTV. L'élue de la 17ème circonscription de Paris a émis des doutes sur les "concepts flous"  associés à la radicalisation. L'intervieweuse lui demandait si un chauffeur de bus qui refusait de conduire un véhicule précédemment utilisé par une femme pouvait être qualifié comme quelqu'un de "radicalisé".

Pour Danièle Obono, dans ce cas précis, il n'y a pas de mesure de lutte contre le terrorisme à prendre puisqu'il s'agit-là, selon elle, "d'un préjudice contre les femmes". La sanction devrait porter sur le caractère "sexiste" de la discrimination. "Quelqu'un qui refuse ce que vous dites là, est-ce que c'est le signe d'une radicalisation? Je ne sais pas… On peut être sexiste et religieux, ou pas croyant" sans pour autant être radicalisé, a-t-elle ajouté.

A ces mots, plusieurs personnalités politiques n'ont fait qu'un bond. Dont Marine Le Pen. "Ces propos irresponsables contribuent à minimiser la montée de l’islam radical dans notre pays. Les Français méritent la vérité", a écrit la présidente du Front national sur Twitter.

Danièle Obono a, lors de ce débat politique, réaffirmé sa volonté et celle des Insoumis d'un projet de loi antiterroriste "revisité". "Nous avons proposé des amendements qui donnent plus de moyens à la justice" et "des amendements qui ciblent les sources de financement", a-t-elle expliqué. "Nous avons proposé par exemple de faire une surveillance des paradis fiscaux, des États qui soutiennent les entreprises terroristes, des entreprises", n'oubliant pas de citer "Lafarge par exemple qui a avoué avoir participé à financer Daech".

À LIRE AUSSI

Image
Le cimentier est mis en cause pour avoir indirectement financé des groupes armés en Syrie
Lafarge en Syrie: plainte pour "complicité de crimes contre l'humanité"
Un collectif de défense des chrétiens d'Orient a déposé plainte pour "complicité de crimes contre l'humanité" contre le cimentier Lafarge, mis en cause pour avoir indi...
25 septembre 2017 - 17:52
Image
Des manifestants contre la loi Travail visés par des grenades lacrymogènes
"Ni Dieu, ni maître, ni Mélenchon": heurts entre militants radicaux et partisans de la France insoumise en marge de la manifestation
En marge de la manifestation de samedi organisée par la France insoumise, des heurts ont été rapportés place de la République. Des "black blocs" ont participé à l'évén...
23 septembre 2017 - 19:25
Politique
Image
Olivier Faure à l'Assemblée nationale à Paris le 4 juillet 2017
Le PS peine à se faire entendre face à la France insoumise
Entre règlements de compte et tâtonnements sur sa ligne politique, le PS, qui se voit comme la seule "opposition responsable de gauche" à Emmanuel Macron, reste peu au...
02 septembre 2017 - 15:45
Politique