Guyane: des élus locaux en colère après une note sanitaire de l'Elysée

  •  SOUTENEZ L'INDEPENDANCE DE FRANCESOIR, FAITES UN DON !  

Guyane: des élus locaux en colère après une note sanitaire de l'Elysée

Publié le 19/10/2017 à 15:52 - Mise à jour à 16:05
© ludovic MARIN / AFP
PARTAGER :

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr

-A +A

Alors qu'Emmanuel Macron s'apprête à partir en Guyane dans les prochains jours, plusieurs élus guyanais ont fait part de leur mécontentement mercredi suite à la diffusion d'une note sanitaire adressée aux personnes qui accompagneront le chef de l'Etat pendant son séjour.

Ils sont en colère et l'ont fait savoir. Plusieurs élus guyanais ont fait part de leur mécontentement, mercredi 18, suite à la diffusion d'une note sanitaire adressée aux personnes qui accompagneront Emmanuel Macron lors de son prochain voyage en Guyane du 26 au 28 octobre. Les destinataires de ce courrier, parmi lesquels se trouvent de nombreux journalistes, ont été prévenus que le pays était actuellement touché par l'épidémie du virus Zika. Une information qui semble erronée puisque la préfecture de Guyane a annoncé, il y a un an, la fin de l'épidémie sur le territoire.

De plus, la note recommandait d'éviter "de consommer de l'eau du robinet, glaçons, légumes crus, poissons, œufs" dont ils ne connaissaient pas la provenance et les viandes "insuffisamment cuites". En parallèle, elle recommandait également de se laver fréquemment les mains, d'éviter de se baigner en eau douce pendant le séjour mais aussi d'éviter tout contact avec les animaux.

Il n'en fallait pas plus pour faire monter au créneau certains élus et personnalités, lesquels ont rapidement tenu à réagir. A commencer par David Riche, le président de l'association des maires de Guyane. "Les éléments contenus dans cette note et ses conseils sanitaires sont autant d'insultes adressées à la population Guyanaise", a-t-il écrit dans un communiqué. Et de s'interroger: "Sommes-nous à ce point en danger pour qu'il soit conseillé aux journalistes de ne pas boire la même eau que nous?" ou pour qu'il leur soit conseillé "de se baigner dans nos criques, anéantissant de fait tous les efforts de notre secteur touristique?".

Même son de cloche pour le sénateur Antoine Karam qui "constate avec regret que la stigmatisation dont souffre notre territoire émane du plus haut niveau de l'Etat" ou bien pour le député guyanais Gabriel Serville qui estime que cette note "décrit une situation sanitaire en Guyane digne du Moyen Âge".

Depuis et face aux nombreuses réactions qu'a suscitées cette note sanitaire, l'Elysée a reconnu auprès du journal France-Guyane qu'il s'agissait d'une "erreur", expliquant que le courrier n'avait pas été actualisé. Toutefois, même si l'épidémie ne frappe plus le pays, le gouvernement semble toujours avoir peur du virus qui se transmet par les piqûres de moustiques. En effet, sur le site du ministère des Affaires étrangères, un paragraphe dédié à Zika est toujours en ligne afin d'avertir les voyageurs des possibles dangers.

Et si ce sujet a fait bondir certains élus guyanais, l'Elysée a expliqué qu'elle n'enlèverait pas de sa note les autres recommandations. Les équipes d'Emmanuel Macron ont expliqué qu'elles figuraient encore dans la mise à jour. 

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr


Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




PARTAGER CET ARTICLE :


L'Elysée a expliqué qu'il s'agissait d'une "erreur" et que la note sanitaire n'avait pas été mise à jour.

Annonces immobilières

Newsletter


Fil d'actualités Politique




Commentaires

-